S'abonner 1 an à H+ Magazine

S'abonner 1 an H+ Magazine

Parrot investit dans deux start-ups suisses

Humanoides_Blog_senseFly_parrot_drone_surveillance_cover

Parrot, entreprise française leader mondiale des périphériques sans fil pour téléphones mobiles, vient d’investir 7,5 million de francs suisses (soit 6 millions d’euros) dans deux start-ups créées par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), senseFly et Pix4D.

Parrot est connu dans le milieu de la robotique pour son drone grand public AR.Drone, aux différentes applications comme le Joggobot.

Parrot acquiert donc pour 5 millions une partie majoritaire de senseFly, start-up issue du Laboratoire des systèmes intelligents de l’EPFL et injecte également 2,4 millions de francs suisses dans Pix4D, autre spin-off de l’Ecole, active dans le calcul d’images 3D.

senseFly a développé un drone de surveillance ultra-léger pour des applications professionnelles multiples : cartographie de sites de construction, de terrains naturels et urbains ou une mine, surveillance de sites industriels, gestion de terres agricoles, etc. Ce drone est le fruit de six années de recherches dans le Laboratoire de Systèmes Intelligents (LIS) de l’EPFL. Piloté de manière autonome et muni d’un appareil photo haute définition, il est déjà utilisé par des centaines de professionnels du monde entier. Les 5 millions de francs suisses injectés par Parrot devraient permettre à senseFly d’augmenter rapidement leurs ventes.

Humanoides_Blog_senseFly_parrot_drone_surveillance_photo_aerienne

Humanoides_Blog_senseFly_parrot_drone_surveillance_terrain_agricol

Les drones de senseFly seraient peu de choses sans l’existence du logiciel mis au point par Pix4D, spin-off du Laboratoire de vision par ordinateur de l’EPFL (CVLAB). Ils y ont développé un algorithme qui permet d’assembler des centaines d’images aériennes et d’obtenir en quelques minutes un plan 3D extrêmement précis du terrain observé. Parrot a décidé d’investir 2,4 million de francs suisses dans cette solution de mosaicing, renforçant ainsi la position de Pix4D dans les logiciels pour drones professionnels.

Humanoides_Blog_senseFly_drone_surveillance

L’utilisation du petit drone ultraperformant de senseFly s’apparenterait presque à un jeu d’enfant. Le parcours peut être programmé sur un logiciel avant le vol et reste modifiable durant toute la durée de celui-ci. Nul besoin de piste de décollage : trois mouvements d’avant en arrière suffisent pour démarrer le moteur, et l’aile de 500 grammes prend son envol. Elle atteint une vitesse de croisière de 40 km/h permettant de cartographier automatiquement des zones allant de quelques hectares à plusieurs kilomètres carrés en un seul vol avec une résolution allant de 3 à 30 cm/pixel selon la distance au sol. Au maximum 30 minutes plus tard, le drone revient à son point de départ, sans assistance. Il ne reste plus qu’à échanger la batterie pour la prochaine observation.

Humanoides_Blog_Pix4D_parrot_logiciel_image_3D

Alors que les lois sur l’utilisation des drones sont en train d’êtres négociées dans de nombreux pays, le faible poids de ceux de senseFly leur confère un avantage inégalé sur le marché des drones civils puisqu’il limite leur caractère potentiellement dangereux en cas de chute.


Laisser un commentaire