15 000 robots supplémentaires dans les hangars d’Amazon

L’e-commerce et la logistique sont en train de vivre une révolution avec l’avènement de la robotique. Amazon en première ligne, puisque le géant américain vient de déployer 15 000 unités Kiva supplémentaires dans plusieurs de ses entrepôts.

Jusqu’à l’année dernière, les employés des entrepôts d’Amazon crapahutaient dans les immenses hangars de cet ogre de la vente en ligne, à la recherche des produits pour préparer les commandes à expédier des internautes. Ce temps est révolu ! Amazon vient d’annoncer le déploiement de 15 000 robots mobiles Kiva dans 10 de ses centres, qui vont se charger d’aller chercher les produits directement dans les étagères et les apporter aux employés chargés de la préparation des colis. Cela représenterait un gain de temps de 100 à 200%.

robots-Amazon-entreprots

Une journée record chez Amazon.co Inc. avoisine les 37 millions de commandes. A l’approche des fêtes de Noël, ces robots vont très certainement épargner des milliers de kilomètres de marche aux employés et booster la productivité dans les entrepôts (jusqu’à 20% de plus selon un directeur de centre).

La société fondée à Seattle compte désormais 109 centres d’expédition dans le monde entier. Dix seront équipées des robots de la société Kiva Systems Inc., rachetée en 2012 par Amazon.

Bientôt, les 1.500 employés à temps plein du centre de Tracy (qui s’étend sur plus de 100 000 m²) seront assistés par 3.000 Kiva, glissant rapidement au sol et sachant se repérer instantanément. Les centres stockent en moyenne 20 millions de produits dont 3,5 millions de références sont uniques. Cela va du livre au jeu vidéo, en passant par les jouets, les bouteilles de vin, les casques audio, etc.

Kiva-systems-robot-amazon

Comment fonctionne un robot Kiva ?

Ce sont des espèces de voiturettes orange pesant près de 150 kilos et pouvant déplacer des étagères de près de 2 mètres de haut pour 1,2 mètres de large et contenant jusqu’à 340 kilos de marchandise. Elles naviguent dans les allées en suivant une grille délimitée au sol par des autocollants et les commandes transmises par un ordinateur central. Chaque machine a la place pour se glisser sous chaque étagère, la soulever et la déplacer jusqu’à un opérateur humain, de sorte que ce n’est plus l’homme qui va chercher le produit dans un rayon mais le produit qui vient à lui. Le système utilise des codes-barres pour repérer les produits qui sont sur chaque étagère.

kiva-face-avant-robot-amazon

Le prochain objectif d’Amazon est de continuer à automatiser ses centres de stockage de manière intelligence, c’est-à-dire, en cherchant à aider les personnes qui y travaillent. Les tâches plus complexes, comme ranger dans les rayons, emballer les produits, vérifier l’état des produits, ne seront pas réalisées par des machines. Autre particularité de cette installation : ce n’est pas aux employés de s’adapter à la vitesse du robot, mais bien le système Kiva qui s’adapte au rythme de la personne qu’il a en face de lui. C’est ce que l’on appelle la robotique collaborative.

EDIT [16-06-2016]

La Deutsche Bank a réalisé une étude d’impact des Kiva sur le commerce d’Amazon. Résultat, après un rachat de l’entreprise pour un montant de 775 millions de dollars, l’automatisation des hangars du géant de l’e-commerce aurait permis de couper les frais d’opération d’environ 20%, pour une vingtaine de millions de dollars pour chaque centre de dépôt, soit un total de 286 millions. Mais ce n’est pas tout, la banque allemande estime qu’Amazon pourrait encore gagner 800 millions de dollars en déployant des robots à travers ses 110 centres de dépôts qui ne sont pas encore équipés. A ce jour, seulement 13 de ces dépôts sont équipés en unités Kiva.

L’automatisation des entrepôts aurait ainsi permis de réduire la durée des cycles d’opération de 65 minutes à seulement 15 minutes ! C’est sans compter le gain de place phénoménal offert par l’entreposage intelligent : plus de 50% de place supplémentaire.

Photos : Drew Kelly pour Wired


Laisser un commentaire