2015 sera tout de même l’année du Hoverboard

2015 sera tout de même l'année du Hoverboard

Fin juin, l’entreprise Lexus avait dévoilé son prototype d’Hoverboard, un skateboard capable de léviter à quelques centimètres du sol. Toutefois, l’entreprise avait rapidement annoncé que la planche ne fonctionne que sur une surface aimantée. C’est maintenant au tour de Robert Bigler, un inventeur et entrepreneur de la Silicon Valley de dévoiler son prototype.

Hélas, le prototype d’Hoverboard ne vole pas, puisqu’il s’agit d’une planche de skateboard ne possédant qu’une seule roue au milieu. Le Hoverboard pèse 23 kilogrammes et est équipé d’éclairages, de haut-parleurs pour diffuser de la musique, d’un sonar scannant le sol, afin que la planche reste parallèle au sol en permanence, et d’un affichage LCD pour pouvoir surveiller les paramètres actifs. Le Hoverboard possède une autonomie de 19 kilomètres avec la batterie standard et de 32 kilomètres avec la batterie longue durée. Sa vitesse de pointe est de 25 kilomètres par heure.

Le Hoverboard possède une roue unique de 25 centimètres, alimentée électriquement, au centre de la planche. La roue est contrôlée par l’ordinateur de bord et requiert 5 000 watts d’énergie pour assurer l’équilibre de l’utilisateur et accélérer à la demande. Il n’y a pas de télécommande et l’utilisateur doit simplement se pencher vers l’avant pour que l’Hoverboard se déplace. Pour freiner, il lui suffit de se pencher en arrière. En restant penché vers l’arrière suffisamment longtemps, l’utilisateur peut aussi faire reculer la planche.

Une planche pour surfer sur terre

Afin de continuer le développement, Robbert Bigler va lancer une campagne de financement participatif le 17 septembre qui se terminera le 21 octobre 2015, cette date mythique où, dans le film Retour Vers le Futur II, Marty McFly voyage dans le futur et découvre le Hoverboard. Selon son créateur, le Hoverboard est un « véhicule électrique personnel qui offre la sensation de surfer sur le sol. » Afin de revenir à une époque plus simple, où chacun pouvait modifier son véhicule comme il le voulait, Robert Bigler a décidé de faire de l’Hoverboard un appareil modulable et modifiable. Outre le fait que les réparations et la maintenance puissent être effectuées par les utilisateurs, cela signifie aussi que le Hoverboard pourra être amélioré par les utilisateurs. Ce qui implique que l’appareil ne soit jamais obsolète puisqu’améliorable en permanence.

Enfin, afin de maximiser la connexion entre l’utilisateur et sa planche, le Hoverboard a été conçu pour être programmable par l’utilisateur, en utilisant un langage de programmation très simple, baptisé Hoverscript. Ce langage est une extension du langage BASIC, qui est facilement assimilable par des personnes sans expérience antérieure avec la programmation.


Laisser un commentaire

  1. Sylvain

    A quand un véritable hoverboard, rempli d'un mélange d'air et d'hélium en proportions variables par exemple ?