Airbus et DeDrone vont sécuriser les aéroports contre les drones

Afin de sécuriser les aéroports, la filiale Airbus DS Electronics and Border Security s’est payée les services de DeDrone, une start-up allemande de sécurité anti-drones.

Les drones, un marché en plein essor

Les UAV ne sont pas simplement des caméras volantes, ce sont de véritable plate-forme multi-fonctions. A chacun d’y trouver sa fonction en y apportant des modifications plus ou moins substantielles. Certains archéologues s’en sont servis pour scanner le site antique de Palmyre, étudier les vestiges de la cité d’Angkor, d’autres les utilisent pour livrer des colis, comme Amazon et 7-eleven qui ont récemment fait preuve d’avancées significatives.

A mesure que de nouvelles solutions et de nouveaux acteurs arrivent sur le marché avec notamment la gamme officielle de drones Star Wars de Disney, les ventes de drones commerciaux gonflent et atteignent des sommets. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Selon une étude de la Federal Aviation Administration, le nombre d’engins en circulation aux Etats-Unis devrait atteindre les 1,9 millions d’unités en 2016 et dépasser le seuil des quatre millions avant 2020. Dans le reste du monde, ce sont pas moins de 7,3 millions d’unités qui seront livrées cette année, avant de franchir la barre des 20 millions à l’horizon 2020.

consumer drones

Autre conséquence de cet engouement général : l’acquisition des droits de retransmission des World Drone Championships de l’IDRA par la chaîne câblée ESPN (détenue par Disney) et l’annonce du lancement d’une chaîne Film On TV sobrement baptisée Drone TV.

Une prolifération qui n’est pas sans risques

Moins récurrents ces derniers mois, les tristement célèbres épisodes d’accidents – pour le moment tous évités – ont toutefois grandement participé à la propagation d’une image relativement négative des engins de loisirs. Entres les collisions avec des avions évitées et les survols de lieux à risques comme les centrales nucléaires, les drones ont défrayé la chronique, ressuscitant un peu plus à chaque fois la polémique et renforçant la méfiance générale à leur égard.

Et de plus en plus d’entreprises et d’établissements publics se dotent de moyens de défense contre ces intrus. Entre le recours à des rapaces et au drone lanceur-de filet, la Police néerlandaise a d’ores et déjà mis au point plusieurs solutions originales. L’armée américaine, pour sa part, travaille sur plusieurs projets, l’un consistant à fabriquer un canon laser permettant de désintégrer rapidement les engins autonomes, l’autre consistant à interférer avec les signaux radio pour faire atterrir en douceur les intrus grâce à un fusil brouilleur.

le fusil laser de dronedefender

Airbus s’équipe contre les vols illégaux

Dernier exemple en date le premier constructeur aéronautique au monde, Airbus.

Le groupe vient d’engager les services de Dedrone, une société de sécurité anti-drones. Du même acabit que le fusil anti-drones de l’armée américaine, DeDrone offre toutefois une solution complète avec tout un arsenal de technologies pour répondre au plus vite et automatiquement aux menaces. Ici, nul besoin de pointer manuellement l’appareil intrusif, car à la manière d’un radar, le système établit une zone de sécurité dans laquelle tout objet aérien qui y entrerait sans autorisation serait identifié et tracé pour enfin être neutralisé via des interférences radio. Le tout sans aucune intervention humaine pour un temps de réponse minimal.

Système de détection anti drone Airbus

Les deux entreprises s’associent et combinent leurs savoir-faire pour protéger l’espace aérien des aéroports contre les drones menaçants. « Les petits drones ont envahi l’espace aérien tandis que les criminels ont découvert tout le potentiel de cette technologie pour espionner ou commettre des attaques terroristes« .

Elle propose une variété de contremesures pour neutraliser l’appareil, adaptée selon les besoins du client. Du simple brouilleur au laser de destruction en passant par la plus modérée obstruction visuelle ou l’EMP. Avant d’abattre un intrus, elle doit le détecter. Pour cela elle emploie toute une gamme d’appareils électroniques : caméras résistantes aux explosions, caméras panoramiques, microphones, capteurs infra-rouges, capteurs de fréquences radio… Grâce à ce réseau de capteurs, elle est en mesure d’assurer un périmètre de sécurité dans un rayon de 10 km à la ronde. D’autres dispositifs développés par la start-up permettent en prime de localiser et pourquoi pas identifier l’auteur de l’intrusion.

drone-tracker-dedrone-airbus-2

Un marché prometteur pour cette start-up allemande qui a déjà été finaliste des GIT Awards, un concours récompensant les solutions de sécurité les plus innovantes, puisque le marché de la sécurité UAV connaît un rythme de croissance spectaculaire (1000%) et suit de près la courbe de croissance de celui des UAV. La start-up vient de trouver un sérieux client avec Airbus DS Electronics and Border Security, filiale de sécurité du groupe de défense européen. Les deux associés ont déjà mené une série d’essais pour vérifier la fiabilité et la viabilité du système, et pour l’adapter aux contraintes du milieu aéroportuaire où circule une multitude de signaux radio qu’il ne faudrait pas entraver.

dronetracker-production2


Laisser un commentaire