La puissance des données et de l’IA au service de l’agriculture

prospera-tech-agriculture-2016-6

Les récoltes agricoles sont trop souvent dépendantes de facteurs extérieurs difficilement contrôlables. La start-up Prospera entend bien mettre fin à cet état de fait grâce à un système de surveillance automatisé.

L’agriculture maîtrisée

Pour la plupart des agriculteurs, les plus grands maux sont indubitablement la sécheresse, les insectes dévoreurs et les maladies. Pour lutter contre la première, il existe des techniques de prévisions météorologiques affinées grâce à l’IA, comme c’est bientôt le cas en Inde, où une équipe formée d’un super-ordinateur et de robots explorateurs se chargera d’anticiper les moussons et donc des programmes d’aide alimentaire. Pour la seconde, au-delà des simples engrais, certaines entreprises explorent déjà des solutions de traitement de précision grâce aux robots et aux drones. Quant à la dernière, c’est notre start-up du jour qui a décidé de s’en occuper.

« Growth with passion » est le slogan de Prospera Technologies, fondée en 2014 et qui compte une grosse dizaine d’employés. Son secteur d’activité ? L’agriculture. Son cœur de métier ? La détection précoce de maladies. Son procédé ? Des algorithmes de machine learning de pointe.

L’entreprise développe à la fois des produits hardware et software pour une solution intégrale prête à l’emploi pour les agriculteurs soucieux de la santé de leurs plantations. Les risques de maladies sont plus ou moins élevés selon que le cycle des saisons est plus ou moins respecté. Un cycle d’autant plus perturbé que le changement climatique n’augure rien de bon. Si l’on en croit l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation, l’évolution des températures induirait la prolifération de certaines espèces de ravageurs qui menacent la stabilité des récoltes de même que pour certaines maladies végétales, qui se répandraient plus facilement avec des températures élevées.

Toujours est-il que la technologie peut être une réponse à certains maux les plus tenaces de l’agriculture. La solution que propose Prospera est simple. Elle combine connectivité, détection et intelligence artificielle. Grâce à une multitude de caméras et autres capteurs dispersés dans les champs, le système peut détecter les premiers symptômes d’une maladie dans les récoltes, et ce de manière globale et plus rapide que l’Homme. Une fois le symptôme détecté, rien de bien compliqué pour des algorithmes affinés que de les croiser pour déterminer la maladie en cause. Le système alerte directement les fermiers qui reçoivent toutes ces informations sur une application dédiée et peuvent ainsi agir en conséquence. Créée en 2014, la start-up innovante travaille désormais avec de grands noms de l’agriculture mondiale qui fournissent eux-mêmes les géants Walmart et Tepco.

D’après le CEO de Prospera, Daniel Koppel, de tels dispositifs sont appelés à se multiplier considérablement à l’avenir : « le secteur agricole est appelé à évoluer dans son ensemble. Les fermiers habitués à prendre des décisions sur la base de leur seul instinct devront bientôt le faire à partir des données, et ainsi produire et vendre les produits les plus frais à chaque récolte« .

prospera-tech-agriculture-2016-1

prospera-tech-agriculture-2016-5

Disséminés à travers tout le terrain agricole d’un fermier, les capteurs récolteront des tonnes de données en permanence et pourront permettre au logiciel intelligent d’assurer le suivi en temps réel de l’évolution des récoltes. D’après Koppel « ce qui manque encore aux fermiers d’aujourd’hui c’est la capacité de voir et de savoir exactement ce qui se passe dans leurs plantations et à tout moment« .

L’avantage de cette solution est qu’elle permet de monitorer les récoltes sous tous les angles précédemment cités, et donc d’apporter un début de réponse à chacun des grand maux qui touchent l’agriculture. Les capteurs collectent ainsi toute une variété de données sur la santé des plantes, de leur taux d’irrigation à leur intégrité physique (atteintes par un insecte ou animal comme ci-dessous) en passant par leur absence de maladies.

prospera-tech-agriculture-2016-4

Et pour finir, les algorithmes intelligents développés par Prospera ont été conçus pour apprendre à mesure qu’ils collectent des données sur les plantes d’une ferme agricole. Ils deviendront donc de plus en plus intelligents et efficaces et pourront apporter la réponse la plus adaptée à toute situation.

Agriculture et technologie, une tendance de fond

Car la robotique, combinée aux drones, au Big Data et à l’intelligence artificielle permettent d’explorer des solutions inédites et extraordinairement pointues pour contrôler les cycles météorologiques, l’apport en eau, les rythmes de plantations et de récoltes, ou encore la qualité de la terre et de l’air, indispensables à la culture de produits sains. Or si les salaires des agriculteurs ne cessent de réduire du fait de la chute du cours des matières premières, le secteur reste de loin l’un des plus importants, puisqu’il est non seulement supposé nous nourrir tous, mais qu’il représente, du moins en France, une large partie de notre PIB avec environ 3,2% du total et plus d’un million d’emplois en 2012.

Ce type d’innovation pourrait bien profiter à la France, et lui permettre de conserver sa place de première puissance agricole d’Europe. D’ailleurs, de nombreux agriculteurs se sont déjà emparés des nouvelles technologies pour optimiser ou accroître leurs récoltes. De la gestion des ressources naturelles et de l’énergie à l’accroissement des récoltes, de nombreux agriculteurs français se sont déjà emparés des nouvelles technologies pour optimiser leurs plantations. Le fabricant de drones Delair-Tech était à ce titre l’un des premiers à proposer une solution d’agriculture de précision à l’aide de drones.

Mais les français ne sont pas les seuls, puisque la start-up DeepField Robotics, filiale du fabricant allemand Bosch avait déjà lancé Bonirob, un robot de semence et d’application d’engrais doté d’une intelligence artificielle.

Crédits Photos : Tech Insider et Prospera.


Laisser un commentaire