Amsterdam : Une cabane en bio-plastique imprimée en 3D au bord du canal

cabane imprimée en 3D au bord d'un canal

A Amsterdam Nord, des architectes et des industriels ont collaboré pour fabriquer une cabane éco-responsable grâce aux nouvelles technologies et à l’impression 3D.

Eco-responsabilité et efficacité énergétique

La capitale hollandaise fait figure de bon élève en matière de politique durable. On y trouve déjà un grand nombre de véhicules hybrides et de stations de rechargement, tandis que le chouchou des amstellodamois, l’incontournable bicyclette, ne perd pas la cote. Son ambiance de petite ville paisible de la vielle Europe fait d’elle l’endroit parfait pour expérimenter des projets originaux et éco-responsables.

Au numéro 49 de la rue Asterweg, vous pouvez désormais trouver une petite cabane imprimée en 3D dans un bio-plastique et au fonctionnement optimal.

Cette cabane de 8 m² et tout de noir vêtue borde un des canaux au nord du centre historique, dans le quartier d’Overhoeks. Pourmon industriel et technologique de la capitale, on y trouve également le centre de recherche technologique de Shell.

Ce petit bijou de technologie nous est proposé par l’agence d’architecture DUS Architects, déjà à l’origine du projet de fabrication additive de l’éntrée du bâtiment officiel de la présidence de l’Union Européenne de 2016. Car le projet n’est pas nouveau, cela fait plus de trois ans que l’agence y travaille. En 2014, l’exposition de présentation recevait même la visite du président Barack Obama. Entre temps le 3D Canal House est devenu une entreprise à part entière et conçoit différents bâtiments nouvelle génération. La cabane du nord d’Amsterdam, actuellement en exposition, reçoit régulièrement des visiteurs. Il est également possible de la louer pour une évasion nocturne en bordure de canal.

Pour assurer le succès de leur quête de frugalité, les architectes ont fait appel au savoir-faire de multiples domaines d’expertise et ont mené des projets pilotes de « Recherhe et Design par la Pratique« . C’est à dire qu’ils ont entrepris de construire continuellement de nouveaux prototypes à partir des retours des visiteurs et des experts. Le tout, de manière à faire avancer la recherche dans quatre grands domaines : outils logiciels et interface utilisateurs en ligne; design et ingénierie paramétrique et intelligente; développement d’imprimantes 3D grande échelle et enfin, développement de nouveaux matériaux innovants car durables, biologiques et recyclables.

la cabane e bio-plastique au bord du canal d'Amsterdam

amsterdam-cabane-impression-3d-2016-1

Analyse des données, impression 3D et optimisation énergétique

Comment conjuguer les technologies existantes pour concevoir l’habitat le plus éco-responsable et économique possible ? Tel a été la problématique qui a guidé la démarche de DUS Architects de bout en bout.

Pour concevoir cette cabane originale, l’agence a longuement étudié la question. La forme, la taille, la structure et la composition de chacune des pièces constituant la cabane ont été longuement étudiées pour arriver à la combinaison la plus performante. Matériaux utilisés, modes de fabrication, et architecture générale… chacun de ces éléments joue effectivement un rôle crucial dans l’optimisation de l’habitat. C’est l’entreprise Henkel qui a développé le gros des matériaux utilisés, tous renouvelables, durables et robustes. Des nouveaux matériaux (à 80% d’origine biologique) censés rivaliser avec les matériaux traditionnels, souvent moins efficaces et plus polluants.

construction de la cabane

L’intérêt du recours à l’utilisation de la fabrication additive réside dans sa paramétrabilité. Grâce aux ordinateurs et aux logiciels de modélisation, il est extrêmement simple d’apporter des modifications à l’architecture du bâtiment, aussi infimes soient-elles. Le procédé a notamment permis d’optimiser la quantité de matériaux nécessaires à la fabrication de la cabane, mais il permettra surtout d’adapter les modèles 3D aux différents lieux et climats dans lesquels pourront être construites les futures cabanes.

Bien loin de l’usage de l’impression 3D qui en est fait en Chine pour construire des maisons banales, mais prétendument plus rapidement, les bâtisseurs hollandais utilisent les nouvelles technologies et la science pour d’analyser chaque détail de leur construction. Sur son site, l’équipe explique comment elle parvient, grâce à un système de géo-localisation, à adapter l’inclinaison des façades de l’habitat selon le reflet du soleil. L’idée étant in fine d’optimiser sa capacité d’absorption de la chaleur et de la lumière du soleil pour créer un environnement intérieur idéalement éclairé et chauffé. Et dans le sens inverse, la structure permet de limiter la chaleur qui s’échappe par les parois et donc de limiter le gaspillage d’énergie.

Enfin, pour assembler les blocs en bio-plastique, l’équipe conçoit différentes techniques : un système qui permet de les clipser les uns aux autres grâce à une accroche digne des jouets pour enfants. Une autre qui vient remplir les bacs noirs d’un mélange d’éco-béton. Un matériau qui vient stabiliser la structure et la renforcer tout en étant très aérée.

structures des éléments de la cabane

photos de la cabane Canal House à Amsterdam

amsterdam-cabane-impression-3d-2016-4

 


Laisser un commentaire

  1. Newsroom

    Bonjour Patrice,

    Nous sommes bien d'accord avec vous ! Sur son site, l'agence explique elle-même qu'elle "n'est pas en mesure de comptabiliser les coûts de la fabrication de cette cabane" qui associe un grand nombre d'acteurs. Et probablement parce que le jeu n'en vaut pas (encore) la chandelle. L'entreprise est toujours en cours de développement de produits et matériaux pour rentabiliser l'affaire. Nous essaierons d'en savoir plus.

    Bonne lecture sur Humanoides.fr

  2. Patrice

    Ttes interessant mais manque un peu de chiffres (RT, coût ... Cdlt, Patrice