ATLAS : l’humanoïde de la DARPA changé à 75%

Nous attendions avec impatience la nouvelle version du robot ATLAS. Nous voulions voir de quoi serait capable la bête développée spécialement pour la compétition robotique de la DARPA. Nous avons enfin notre réponse…

Une métamorphose. Voilà comment on pourrait résumer le passage d’Atlas dans les locaux où il a été créé à l’origine. Après l’avoir vu tenir debout sur une seule de ses jambes, revoici l’humanoïde ATLAS, dans une nouvelle version, toujours aussi impressionnante.

En novembre dernier, nous vous indiquions que les équipes finalistes du DRC (DARPA Robotics Challenge) qui utilisaient l’ATLAS, avaient envoyé leur robot faire un petit stage de remise à niveau chez leur concepteur originel, Boston Dynamics, c’est-à-dire Google. On pensait qu’il s’agissait de les rapatrier à Boston, pour quelques réglages. Mais en réalité, c’est quasiment une nouvelle version de l’ATLAS qui est ressortie des ateliers. La DARPA vient de publier cette vidéo :

Voici d’après le communiqué de la DARPA, les nouveautés en termes de hardware : les changements les plus importants se situent au niveau de son alimentation en énergie et de la pompe. Désormais, il possède une batterie lithium-ion de 3,7 kW/h intégrée dans son dos, qui lui permet de tenir pendant une heure environ, pour des fonctions basiques telle que marcher, se tenir debout, utiliser des outils et réaliser d’autres mouvements. Les ingénieurs lui ont installé une nouvelle pompe à pression variable qui lui permet d’être plus efficient.

atlas-robot-darpa-sans-cable-2

Cette nouvelle pompe permettra aux équipes utilisant l’ATLAS, de l’économiser en énergie pendant des tâches courantes et de booster la pression lorsque le robot nécessite plus de puissance. L’opérateur devra trouver le bon équilibre entre puissance et dépense énergétique.

Ce n’est pas tout. L’Atlas a vu 75% de son ossature modifiée – il n’y a que le bas des jambes ainsi que les pieds qui soient encore d’origine. Et pour ne pas qu’il prenne trop de poids avec l’intégration de sa nouvelle batterie, les matériaux utilisés sont plus légers que précédemment. Le robot pèse désormais 156,5 kg pour 188 cm. Bon, un diététicien dirait que son indice de masse corporelle est inquiétant, mais les fêtes de fin d’année sont passées par là…

L’Atlas a également gagné un degré de liberté supplémentaire, au poignet, ce qui lui permettra d’exécuter des gestes plus aisément. Tourner la poignée d’une porte devient un jeu d’enfant, avec une simple rotation du poignet au lieu d’avoir à déplacer le bras en entier comme c’était le cas l’an dernier.

Passons sur les trois nouvelles cartes embarquées dédiées à la détection d’objets ainsi que sur le routeur sans fil situé dans sa tête, qui permettra aux équipes de contrôler à distance le robot, et enfin, sur les nouveaux actionneurs plus puissants situés à la hanche, au genou et dans le dos. Le public sera également ravi d’apprendre qu’il est beacoup moins bruyant qu’auparavant.

atlas-robot-darpa-sans-cable-3

D’ici fin janvier, les équipes récupéreront leur robot pour commencer à prendre en main la bête. Y’a plus qu’à attendre que celles-ci postent les premières vidéos d’une démonstration de leur ATLAS non câblé en train de marcher, trébucher et se relever tout seul !

Pour rappel, voici les équipes qualifiées après les épreuves de la phase pré-finales de la compétition de robotique de l’an dernier. On a hâte que l’été prochain arrive !


Laisser un commentaire

  1. Michael

    Sait on pourquoi Honda ne souhaite pas participer à ce challenge ?
    Je penses que les fan de robotique sont assez déçus