Australia Post rentre dans le rang et expérimente la livraison par drone

drone-livraison-Australia-Post

Après Amazon, la Deutsche Post et la Swiss Post, c’est au tour des services postaux australiens de rentrer dans le rang. L’entreprise publique de poste de l’île, Australia Post, va débuter les phases de test pour son système de livraison par drone.

« Nous mettrons cette nouvelle technologie en application dans les prochaines semaines et mois afin de comprendre exactement ce qu’un drone peut livrer, jusqu’où et comment nos clients recevront leur colis« . Cette série de tests en espace circonscrit et sous l’égide de l’Autorité de Sécurité de l’Aviation Civile devrait débuter très prochainement pour évaluer la sécurité et la rentabilité de cette solution innovante pendant deux semaines, a indiqué Ahmed Farhour, le CEO du groupe postal. Et si tout se passe comme prévu, le service postal espère mener des tests clients avant la fin de l’année. Des tests qui ne déboucheront pas sur une application généralisée avant que ces drones ne soient « 100% sûrs« .

« Depuis plus de deux siècles, Australia Post s’est adapté aux modes de consommation de ses usagers en même temps qu’aux avancées technologiques. Ce premier essai est une nouvelle preuve de notre engagement pour construire un avenir meilleur pour nos usagers » a poursuivi Ahmed Farhour. La Poste Australienne n’en est pas à son coup d’essai, Mr Farhour a ajouté que la Poste travaillait étroitement avec les acteurs du commerce électronique, dont la croissance à deux chiffres se poursuit depuis cinq ans et que ce n’était pas la seule piste sur laquelle elle travaillait. Mr Farhour a ainsi évoqué l’impression 3D comme un nouveau moyen de consommer et d’acquérir des biens. Pourquoi attendre de se faire livrer par un drone quand on peut fabriquer directement le bien chez soi ?

drone livraison Australia post

20160415001248155815-original

Le but, comme pour tous les services postaux de la planète, c’est de composer avec le dilemme du « last-mile delivery« , ce dernier kilomètre qui empêcherait, d’une part, les clients d’aller chercher par eux-mêmes leur colis dans un point relais ou leur boîte aux lettres, et d’autre part, le livreur d’aller livrer rapidement un colis. Avec les drones, le problème s’efface. Selon Australia Post, les engins volants permettront de rallier des points de livraison dans l’urgence mais aussi de couvrir des zones où la distance entre la route et la porte d’entrée du client sont particulièrement éloignées. Pour y parvenir, la Poste australienne a travaillé étroitement avec la start-up ARI Labs, conceptrice et propriétaire de la technologie. Une étude récente a toutefois montré que seulement 10% des australiens se disaient favorables à la livraison par drones. Ce à quoi Mr Farhour a habilement répondu : « si Henry Ford avaient demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils auraient demandé des chevaux plus rapides« . Et non pas des voitures…

Passer pour une entreprise innovante, c’est toute la stratégie de la poste australienne. Ce projet de drone vient ainsi s’ajouter au plan pour l’innovation, annoncé à l’automne dernier et doté de 20 millions de dollars de fonds destinés à être injectés dans les entreprises du commerce électronique. Un fonds qui pourrait monter à 100 millions de dollars dans les prochaines années. On est encore loin des 6 milliards débloqués par La Poste française avec son plan Conquérir l’avenir à l’horizon 2020.


Laisser un commentaire