Des scanners 3D robotisés pour la prochaine génération de berlines BMW

Les deux robots BMW qui scannent la BMW Series 5

La nouvelle génération de la berline Series 5 de BMW sera conçue à l’aide d’une technologie de scanner 3D robotisée entièrement inédite dans l’industrie de l’automobile. C’est du moins ce qu’annonce le constructeur allemand dans un communiqué.

BMW, moteur de la mobilité de demain

Le groupe automobile fait figure d’innovateur dans une industrie automobile en plein rebond. Promise à un avenir délétère avec l’apparition des questions climatiques et de la hausse des prix du pétrole, le secteur a toutefois su rebondir après la crise de 2008. Et ce grâce à un nouvel espoir qui a conquis tous ses acteurs : l’automatisation. Car si la chaîne de production automobile a été l’une des premières à s’automatiser complètement, un unique défi demeurait entier : celui de l’automatisation de la conduite. Et la barrière qui séparait ce rêve de la réalité vient de voler en éclat. Les prouesses techniques promises par la technologie ont fini par se concrétiser et aujourd’hui, rares sont les constructeurs parmi les vingt premiers au monde à ne pas s’être lancé dans la course à la voiture autonome.

Ce renouveau de la mobilité est un concept cher aux constructeurs haut de gamme comme BMW. A l’instar d’un Tesla qui s’est attaqué à ce segment pour promouvoir plus facilement la voiture électrique et autonome, le constructeur allemand cherche constamment à améliorer le confort de ses clients. Le concours TechDate, lancé en mai avait d’ailleurs pour objectif d’inventer la mobilité de demain. Les lauréats ont été révélés le 13 juin. Les trois gagnants sont Nexya, une start-up qui développe un logiciel intelligent d’estimation du risque durant la conduite. Un équivalent de l’appli Nexar, qui évalue et note les conducteurs à la manière d’un Uber ou d’un Tripadvisor. Le second lauréat est Sentryo. Il offre des solutions de sécurité informatique contre les cyberattaques.

La dernière et pas des moindres, c’est la française Oridao. Elle ambitionne de connecter la planète grâce à RadioBus, une technologie de mise en réseau longue-portée et haut-débit du moindre objet connecté comme les voitures, les feux de signalisation, les piétons et ainsi de suite, de manière à fluidifier et sécuriser le trafic routier.

bmw-series-5-scan-3d

Innovant, aussi dans sa manière de créer

La marque allemande se prépare pour les routes de demain, mais elle se prépare également à affronter les impératifs de production et d’efficacité de ses usines de demain. En bon constructeur allemand, BMW a fait du smart manufacturing son cheval de bataille et l’industrie 4.0 l’attend au tournant. Dans un communiqué, l’entreprise dévoile une nouvelle technologie de conception tout à fait inédite. Utilisée dans son usine pilote de Munich, cette technologie consiste en un système de mesure optique complètement automatisé permettant de modéliser le véhicule virtuellement. Concrètement, il s’agit de deux bras robotisés qui utilisent des capteurs pour créer une image 3D du véhicule et récolter des données précieuses tout du long, au centième de millimètre près (100 µm). Ainsi, les données permettent aux ingénieurs d’observer dès les premières phases de construction le degré de déviation du robot pour évidemment la régler et assurer une fabrication optimale.

C’est la future BMW Series 5 qui sera la première à en profiter. Le patron de la division d’analyse géométrique explique que cette technologie est « une nouvelle étape fondamentale dans la pré-production grâce à la mesure optique : chaque mouvement contribue à affiner le modèle 3D virtuel du véhicule dans son entier. Cela évite de passer par les méthodes de mesure longues et individualisées. Ce qui gagne du temps tout en augmentant la qualité des produits avant même le début de sa production en masse« . En effet, cette technique permet de diviser la durée des mesures par deux, soit à peine quelques jours.

bmw-series-5-scan-3d

Chaque robot comporte en réalité deux capteurs qui enregistrent des points de repères pour établir une carte 3D d’une surface d’environ 80 x 80 cm. En compilant informatiquement et en temps réel toutes ces surfaces, on obtient alors une visualisation 3D complète du véhicule. Ce qui permet d’étudier la moindre aspérité et déviation dans la procédure. L’avantage de cette opération est qu’elle est entièrement automatisée, et elle peut donc être menée durant la nuit. Auparavant cette technique avait déjà été éprouvée par l’entreprise mais pour des pièces de taille autrement plus réduite. C’est la première fois qu’un véhicule entier est ainsi scanné en 3D aussi finement.

BMW n’en est pas à son coup d’essai en matière d’innovation dans le processus de production. Plus tôt ce mois-ci, toujours dans son usine Munichoise, on découvrait comment l’allemand produisait pas moins de 10 000 composants grâce aux techniques de fabrication additive. Des composants imprimés pour les Rolls-Royce Phantom. Selon la marque, l’impression 3D permet de réduire le temps de production et donc d’augmenter la rentabilité de ses rythmes de production.

bmw-rolls-royce-impression-32-2

bmw-rolls-royce-impression-3d-3

composant de rollys-royce imprimés en 3D

composant de rollys-royce imprimés en 3D


Laisser un commentaire