Magnifique chorégraphie avec Cent Sphero SPRK

Sphero, l’entreprise qui a connu un succès non négligeable récemment en commercialisant une version jouet du droïde BB-8 du prochain Star Wars, vient de publier une vidéo dans laquelle une centaine de robots Sphero SPRK dansent en pleine nuit dans un salon. La vidéo a été réalisée par Scott Winn, un réalisateur connu notamment pour ses vidéos avec des Stormtrooper. La vidéo a pour but de pousser les enfants à s’intéresser au monde de la programmation à travers le Sphero SPRK.

Selon Scott Winn, Sphero est « un jouet, mais aussi un outil d’apprentissage pour les écoles afin d’apprendre l’ingénierie et la robotique aux enfants. » Si la vidéo nous transporte dans un monde féérique, le tournage, lui, n’a pas été de tout repos. En effet, il a fallu exécuter les prises de vue de nuit, forçant les techniciens à lutter contre le sommeil tout en réalisant un travail de précision. De plus, travailler avec des acteurs robots est un défi en soi, mais si en plus il est possible, et facile, de leur marcher dessus, les choses prennent une autre tournure…

Toutefois Scott Winn semble être satisfait du travail fourni. En revenant sur le cheminement qu’il lui a fallu pour arriver à ce concept, il explique : « J’ai eu cette idée de danse un peu drôle, un peu féérique, dont je pensais qu’elle pourrait aider un public plus jeune à être atteint par la vidéo. Je voulais faire quelque chose de plus léger et de moins comique que mes autres vidéos. Nous avons travaillé dur pour composer la musique parfaite avec la sonorité adaptée pour le film. Ça a été ma première mission et c’est ce qui a contribué au développement de la vidéo. »

Il reconnaît toutefois que cela n’a pas été de tout repos. Selon lui « ça n’a pas été une partie de plaisir. Il a fallu beaucoup de préparation et d’organisation. Le jour même du tournage, un certain niveau d’incertitude subsistait. La programmation des balles avait ses limites. Le reste était fait à partir d’essais et d’erreurs, et nous devions vérifier que Jordan, notre danseuse, les balles, la caméra et l’éclairage soient bien synchronisés. C’était une tâche difficile et aussi la raison pour laquelle nous avons dû tourner pendant deux nuits entières. »

Le jeu en valait cependant la chandelle et le résultat est un film onirique qui séduira bien plus d’un enfant.


Laisser un commentaire