Des chercheurs d’Harvard ont conçu un robot sauteur

Harvard researchers invented jumping robot

La nature n’a pas fini de fournir des idées aux scientifiques. Après les cafards et les phoques, c’est au tour des moules d’être à l’honneur. Et cela afin de mettre au point un robot capable de sauter jusqu’à 6 fois sa taille.

Le robot, imprimé en 3D, ressemble à une soucoupe renversée, à laquelle seraient fixées trois demi-ovales. La structure principale est composée en réalité de deux demi-sphères. Celle du-dessus possède 9 couches de rigidité différente, allant d’une consistance caoutchouteuse à l’extérieur à une rigidité complète au centre. Ces variations permettent aussi bien à l’électronique de s’adapter au cœur de l’appareil, qu’à sa structure de résister à une douzaine de chutes de plus d’un mètre. La demi-sphère du bas contient une chambre dans laquelle on injecte de l’oxygène et du butane. La réaction de ces deux éléments crée une mini-explosion qui gonfle l’hémisphère du bas et propulse le robot. Une fois le gaz éjecté, la structure inférieure retrouve sa taille habituelle.

Le processus de saut du robot

Le robot est composé d’un circuit imprimé modifié spécialement pour le modèle, d’une source d’alimentation à haute tension, d’une batterie, d’un compresseur d’air miniature, d’une pile à combustible au butane, de six électrovannes, d’une cartouche d’oxygène, d’un régulateur de pression ainsi que de conduits pour acheminer les différents gaz. Afin de contrôler son saut, le robot peut gonfler l’un de ses trois pieds afin de changer d’angle pour le saut.

Une séquence de saut

Selon Michael Tolley, l’un des responsables de l’étude, « associer des matériaux souples et rigides va aider à concevoir une nouvelle génération de robots rapides et agiles, qui seront plus robustes et plus évolutifs que leurs prédécesseurs et qui pourront travailler de façon sûre aux côtés d’humains. » Le fait de combiner les structures souples aux structures rigides permet, dans le cas du robot sauteur par exemple, de diriger l’énergie de l’explosion vers le bas. Une structure entièrement rigide exploserait en cas d’impact tandis qu’une structure entièrement souple réduirait l’efficacité du saut.

L’impression 3D a considérablement facilité la tâche des scientifiques qui ont pu, sans assemblage, créer une structure intrinsèquement polymatérielle. L’absence de jointure ou de points de fixation réduit les faiblesses structurelles éventuelles et fait baisser les délais de fabrication.

Les différents sauts du robot


Laisser un commentaire