Alphabet et Chipotle vont tester la livraison par drone de burritos

drone de livraison Google

L’enseigne de fastfood tex-mex et le X Lab d’Alphabet s’apprêtent à expérimenter la livraison alimentaire sur le campus de Virginia Tech.

La course à la livraison autonome est lancée

Que ce soit sur Terre avec les robots de Starship, ou dans les airs avec les aéronefs de Amazon qui sont en expérimentations au Royaume-Uni et non aux Etats-Unis du fait de la réglementation tardive du gouvernement américain, la livraison automatisée apparaît comme le nouveau nerf de la guerre entre les grandes entreprises innovantes, les logisticiens et les restaurateurs. Il ne se passe plus une semaine où l’un d’entre eux annonce un projet de livraison.

Fin juillet, alors que le gouvernement américain donnait finalement son feu vert au procédé, 7-eleven menait la première livraison de colis alimentaire aux Etats-Unis, première à avoir été approuvée par la FAA, tandis que Google annonçait dans la foulée lancer deux programmes. L’un consistant à rapatrier ses activités de livraison de médicaments au Rwanda, et l’autre à mener des essais grandeur nature de drones du projet Wing.

Google et Chipotle livreront mexicain

C’est de ce Project Wing, longtemps gardé secret dans le laboratoire Innovation X d’Alphabet, dont il est question aujourd’hui avec ce nouveau partenariat signé avec Chipotle et le campus de Virginia Tech.

Chipotle est un fast food mexicain d’assez bonne qualité et très populaire aux Etats-Unis. Il a fait son arrivée en France en 2012 avec un premier restaurant dans le quartier d’Opéra avant d’en ouvrir un second trois ans plus tard à la Défense.

Les deux associés ont décidé de livrer les fameux burritos sur le campus de Virginia Tech. Un programme test qui s’inscrit dans le cadre d’un programme global de recherche dévoilé le 2 septembre par l’Institut. Celui-ci prévoit d’investir 75 millions de dollars dans l’étude des transports autonomes et des infrastructures intelligentes. Autrement dit, Virginia Tech investit cette somme pour propulser la ville de demain.

Ce projet, le plus important à ce jour aux Etats-Unis, a été approuvé par la FAA et prouve que ses premiers essais menés en collaboration avec l’autorité régulatrice ont été un succès. Mais il n’en demeure pas moins que d’ordre expérimental. Avec un lancement dans le mois, il ne devrait pas durer plus de quelques semaines. Il s’agit néanmoins d’une première assez remarquable, non seulement pour la livraison par drone, mais également pour le Project Wing, qui traînait depuis des années dans les laboratoires de Google.

Une étape dont l’importance n’a pas épargné le leader du Project Wing : « c’est la première fois que nous sortons pour livrer de vraies choses à des gens qui veulent ces choses » explique Dave Vos tout simplement.

Visiblement, les modèles utilisés par Alphabet seront des prototypes hybrides capables de voler tantôt comme un avion, tantôt comme un hélicoptère. Une mixité des modes de locomotion indispensable pour concilier rapidité et maniabilité. A la manière du nouveau van Mercedes abritant des robots Starship, les drones iront chercher leur colis depuis un foodtruck. Ils iront ensuite livrer leur charge aux clients grâce à un système de poulie.

patron du drone de livraison Alphabet

Selon Bloomberg, ces essais viseront à déterminer la fiabilité du dispositif sous plusieurs aspects : solidité et étanchéité du boîtier de chargement, repérage et navigation dans l’espace, et rapidité d’exécution. Des conditions essentielles pour obtenir le sésame de la FAA, très regardante au sujet de la capacité des engins à éviter les obstacles et à livrer leurs colis à destination.

Les données récoltées lors de ces opérations seront d’ailleurs communiquées à l’Administration de l’Aviation afin qu’elle adapte au mieux ses règles de vol, encore inadaptées et prohibitives. Toutes les personnes qui participeront à l’expérimentation devront notamment être suffisamment protégées pour ne pas violer l’interdiction de survol de personnes promulguée par l’autorité régulatrice.

Le plus grand défi que doit relever le marché de la livraison par drones n’est pas d’ordre technique et technologique mais plutôt d’ordre sécuritaire et réglementaire. Si les fabricants doivent respecter toute une série de normes pour assurer la sécurité des citoyens, la loi doit également évoluer pour autoriser plus de vols.


Laisser un commentaire

  1. alex

    ''Il a fait son arrivée en France en 2015 avec un premier restaurant dans le quartier de la Défense.''
    Information fausse, il y en avait deja un avant vers opéra/hausman