Coeur artificiel: programme maintenu malgré le décès du patient

Après le décès du premier patient implanté du coeur artificiel de la société Carmat, la question sur la poursuite du programme d’essais se posait. Les représentants de Carmat ainsi que le corps médical ont tenu à lever le doute. Le programme d’essais du premier coeur artificiel, implantable, total, biologique et définitif, remplaçant les pompes cardiaques traditionnelles est maintenu.

Carmat maintiendra donc son programme d’essais et met en garde contre toute conclusion hâtive après le décès du premier patient ayant bénéficié de l’implantation de son coeur artificiel tandis que le chirurgien ayant réalisé l’implantation a parlé de « succès ». Cette société de biotechnologie française a « confirmé », dans un communiqué diffusé mardi soir, « la poursuite de son premier essai clinique de faisabilité du coeur artificiel bioprothétique, selon les accords réglementaires en vigueur ».

Après l’annonce lundi soir du décès du premier malade à avoir bénéficié d’un coeur artificiel Carmat par l’Hôpital européen Georges-Pompidou (HEGP), la société de biotechnologie a précisé hier que cette première implantation s’inscrivait « dans le cadre d’un essai de faisabilité » avec « quatre patients au pronostic vital engagé à brève échéance ». Le décès du premier patient est survenue 75 jours après l’implantation d’un coeur artificiel qui avait fait la une de tous les journaux.

« Cela reste un grand succès puisque cela permet de valider le concept de cette prothèse », a déclaré de son côté à l’AFP le chirurgien Christian Latrémouille qui avait pratiqué l’intervention.

Coeur artificiel: programme maintenu malgré la mort du patient

Carmat reste optimiste et préfère parler de résultats encourageants : « Dans ces conditions particulières, un suivi clinique de 30 jours ou plus après implantation du coeur artificiel est considéré comme encourageant », et il est « prématuré de tirer des conclusions à partir des données d’un seul patient ». Carmat précise que le programme d’essai sur sa prothèse bionique n’est pas du tout remise en cause. De plus, aucune trace de caillot sanguin n’a été retrouvé dans la prothèse, problème habituellement rencontré avec les prothèses cardiaques.

Carmat ne communiquera pas les résultats de l’étude tant que l’implantation et le suivi à 30 jours des quatre patients prévus ne seront pas finalisés.

Le Pr. Latrémouille a indiqué que le deuxième patient n’aurait pas tout à fait le même profil, et qu’il a au moins trois patients qui sont dans la liste de sélection.


Laisser un commentaire