La Corée du Sud vers une taxe robot

coreedusud-taxe-robot

Le gouvernement de Corée du Sud a annoncé un plan de révision fiscale qui prévoit une taxe sur les robots pour les entreprises.

Alors que les craintes suscitées par le remplacement des emplois humains par les robots se poursuivent, la Corée du Sud pourrait devenir le premier pays au monde à introduire une « taxe robot ». Un projet de taxation sur les robots sera au cœur de la prochaine réforme fiscale du pays prévue d’ici la fin de l’année. Le gouvernement du président Moon Jae-in a annoncé une « diminution de la déduction fiscale octroyée aux entreprises jusqu’ici pour les investissements améliorant leur productivité ».

Il faut savoir que la Corée du Sud détient la plus forte concentration de robots au monde, avec 531 robots industriels polyvalents pour 10 000 employés dans l’industrie manufacturière. « Bien qu’il ne s’agisse pas d’une taxe directe sur les robots, cela peut être interprété comme une politique similaire, étant donné que les deux impliquent le même problème d’automatisation industrielle », a déclaré une source de l’industrie sud-coréenne.

coreedusud-taxe-robot-1

À l’heure actuelle, les entreprises sud-coréennes qui investissent dans des équipements d’automatisation peuvent bénéficier d’un abattement fiscal pouvant atteindre 7%. Celui-ci devrait connaître une diminution de « plus de 2 points de pourcentage » pour les firmes concernées par la prochaine taxe sur les robots.

Mais la Corée du Sud a-t-elle vraiment une raison de s’inquiéter ? Peut-être. Le taux de chômage du pays a atteint un sommet, avec environ 1,17 million de chômeurs. Il est difficile de dire si l’augmentation du taux de chômage est liée à une augmentation de l’automatisation. L’argent récolté via cette taxe pourrait être réinjecté vers des programmes d’aide sociale.

Ce n’est pourtant pas la première fois que l’idée d’une « taxe robot » est suggérée. En février dernier, Bill Gates s’est notamment exprimé en faveur de l’adoption de mesures similaires. « Pour un travailleur humain qui fabrique 50 000 de dollars de travail dans une usine, le revenu est taxé. Si un robot arrive pour faire la même chose, vous pensez que nous devrions taxer le robot à un niveau similaire », avait déclaré Gates. Par ailleurs, plusieurs économistes et experts plaident pour la mise en place d’ une taxe sur l’utilisation des robots afin de ralentir le processus d’automatisation.

Mais la mise en oeuvre d’une telle taxe reste complexe. La Fédération internationale de la robotique y voit « une réduction de la concurrence et de l’innovation technologique ». Selon le Korea Times, « la Corée du Sud doit encore discuter des normes légales ». En effet, au vu des centaines de milliers de robots différents, il faudrait mettre en place des critères spécifiques d’imposition. Le projet semble précoce. Affaire à suivre.


Laisser un commentaire