Les courses de drones décollent

Les courses de drones décollent

Les drones ne servent pas uniquement à livrer du pain, du courrier ou à sauver le monde. Leur accessibilité offre surtout à tout un chacun de découvrir les plaisirs du vol. Et, grâce aux lunettes de réalité augmentée, à organiser des courses de drones en pilotage en immersion.

Les courses de drones, un phénomène qui a débuté de façon presque clandestine dans des hangars ou sur des parking, commencent à recevoir leurs lettres de noblesse. A travers le monde, des pilotes de plus en plus chevronnés organisent des compétitions ouvertes au public pour poser les fondations des sports mécaniques du futur. Ainsi, le 15 juillet par exemple, la première compétition états-unienne de course de drones a eu lieu à Sacramento en Californie.

Un drone de course

Pas question ici d’utiliser des drones prêts-à-voler vendus dans le commerce, trop lourds pour la course. La plupart des pilotes construisent eux-même leurs drones. La plupart ont un châssis à nu, des fils électriques qui dépassent et des batteries fixées parfois avec un simple élastique. Ces machines plus rapides sont moins protégées contre les chutes. Cela implique de fréquents arrêts pour changer une hélice ou recalibrer un moteur. Cela signifie aussi qu’un crash peut être fatal lors d’une course.

Les pilotes portent des lunettes de réalité augmentée pour leur permettre de voir ce que filme leur drone. Ce vol en immersion complique les courses, rendant le vol plus technique en raison de la qualité d’image mais aussi en compliquant l’organisation. Il faut en effet que chaque pilote possède une fréquence qui lui est propre pour ne pas capter par erreur le flux visuel d’un concurrent. Chaque pilote est accompagné d’un assistant chargé d’apporter le drone sur le circuit et de le surveiller pendant la course.

Des pilotes en immersion

Les drones mesurent généralement moins de 25 centimètres, ne pèsent pas plus de quelques centaines de grammes et peuvent atteindre des vitesses vertigineuses entre 80 et 120 km/h pour certains. Les pilotes doivent suivre les plots de couleur au sol, slalomer entre des arbres ou passer sous des arceaux.

Les compétitions de courses de drones se multiplient à travers le monde. Le 6 et 7 juin, le premier tournoi national français a eu lieu, rassemblant 102 pilotes. C’est Ruben Cabannes qui a remporté la victoire avec son drone construit en partenariat avec le lycée professionnel Charle Tillon de Rennes. Du 15 au 17 juillet, le premier tournoi national américain a vu un australien, Chad Nowak être couronné champion. En Australie et Grande-Bretagne, des courses sont organisées régulièrement comme celle qui a eu lieu au nord de Manchester, Royaume-Uni, samedi dernier, 25 juillet. Espérons que nous assisterons bientôt à un tournoi mondial regroupant les meilleurs pilotes et les drones les plus rapides.

Des drones conçus spécialement pour la course

Des drones artisanaux pour aller plus vite plus loin

Crédits photo : LeMonde.fr


Laisser un commentaire