Crash d’un drone sur un croiseur américain, la NAVY embarrassée

L’annonce ce samedi 16 novembre d’un crash d’un drone aérien Reaper sur le porte-avions USS Chancellorsville suite à une perte de contrôle en étonnait plus d’un. La U.S. NAVY a publié sur son site un communiqué le lendemain de l’accident, sans toutefois préciser les raisons de l’accident…

Selon les médias internationaux il s’agissait d’un MQ-9 Reaper, engin sans pilote pour la surveillance et le combat, le même que celui que l’Armée de l’Air française vient d’acheter aux Etats-Unis. Selon le communiqué de la Navy, le nom de l’appareil n’est pas précisé, et décrit vaguement les faits.

Le drone se serait écrasé sur le croiseur lance-missiles USS Chancellorsville, au cours d’un test des radars et du système de combat du bâtiment contre justement une attaque de drone. Il va falloir revoir votre copie les amis… Le but était de stopper une attaque de drones, et l’UAV est parvenu à se crasher sur le croiseur, il y a comme un problème ou l’US Navy ne nous dit pas tout.

Cela méritait quelques explications supplémentaires qui ont émergé aujourd’hui. Il ne s’agissait pas d’un Reaper mais d’un BQM-74, un drone missile fabriqué par Northrop. Le croiseur effectuait bien un exercice d’entraînement pour la détection du drone par ses radars grâce à son système de combat de dernière génération de la marque AEGIS. L’USS Chancellorsville est le seul bateau au monde à posséder ce système à la pointe de la technologie.

Comment est-ce possible que le meilleur système de défense anti-missiles ait détecté la menace sans pour autant engager la cible ? On parle du soi-disant système de défense le plus perfectionné du marché. Et il aurait laisser le drone s’écraser sans activer ses défenses ?

humanoides_fr_drone_accident_uss_chancellorsville_navy

La Navy ne nous dit pas tout… Erreur humaine de pilotage due à un dysfonctionnement du drone (version soutenue par la Navy), ou plus grave, brèche dans la technologie AEGIS, qui a quand même été validée et approuvée par les plus hautes sphères de la Défense américaine ?


Laisser un commentaire