Des courses de robots : une nouvelle discipline sportive ?

Qui n’a jamais rêvé de s’introduire dans un de ces robots mechas ou se glisser dans l’armure d’Iron Man pour participer à des combats entre robots ou des courses ? Une nouvelle discipline sportive pourrait voir le jour grâce au développement de nouveaux robots exosquelettes…

Plusieurs projets de vêtement robotisé sont en cours de développement dans le monde entier. Que ce soit dans un but militaire comme l’armure TALOS américaine ou le modèle français HERCULE, ou dans un but clinique comme l’exosquelette HAL ou la prothèse motorisée d’Ekso Bionics, ces appareils sont des assistants robotisés autonomes qui rendent les humains plus forts.

humanoides_fr_anti-robot_prosthesis_course_exosquelette_2

Parmi les créateurs de nouveaux exosquelettes il y a Jonathan Tippet, un ingénieur en biomédecine basé à Vancouver, et artiste à ses heures perdues. Jonathan est persuadé qu’un sport d’un nouveau genre va émerger dans les annés à venir : des courses pour robots pilotés par des humains. Comme il existe des courses de cyclisme, sur roller ou à cheval, on pourrait très bien imaginer qu’avec les progrès de la technologie, on puisse dans quelques temps monter à robot (comme on monte à cheval), et s’entraîner afin apprendre à le maîtriser et améliorer ses performances.

Jonathan Tippet et son équipe bénévole construisent depuis trois ans l’anti-robot (comme il aime à l’appeler) Prosthesis, qui deviendra peut-être le tout premier robot pilotable pour faire la course. Perché à cinq mètres de hauteur dans une cabine, le pilote devra contrôler son robot en recherchant à la fois vitesse et équilibre de son véhicule robotisé.

humanoides_fr_anti-robot_prosthesis_course_exosquelette_3

Je ne comprends pas qu’un championnat de robots méchas pilotables n’existe pas encore. Nous avons déjà fait des courses avec à peu près toutes les technologies mobiles existantes… Mais où sont les robots de course ? »

Jonathan Tippet a donc imaginé un prototype de robot quadrupède de 3.500 kilos qui obéit au doigt et à l’oeil. Prosthesis est une machine sportive qui ne doit faire qu’un avec le pilote, puisque son contrôle s’effectue à partir des mouvements du corps humain. Une fois harnaché au siège, le conducteur glisse ses bras et ses jambes dans la combinaison exosquelette. A l’aide de ses bras, le pilote contrôle le déplacement des membres avant du robot, et ses jambes celui des membres arrière.

Chaque patte du robot possède deux articulations et peut se déplacer vers l’avant ou vers l’arrière. Afin de contrôler les huit articulations des quatre pattes, le coureur devra utiliser tout son corps. Pour rendre l’expérience de pilotage encore plus riche, le pilote ressentira physiquement l’état de sa machine ainsi que les chocs qu’elle subit grâce à un système de suspension reproduisant proportionnellement ces forces.

humanoides_fr_anti-robot_prosthesis_course

La force de chaque membre est transmise mécaniquement aux bras et aux jambes du pilote à travers l’exosquelette. Cette force sera évidemment sans danger pour l’homme, qui pourra avec un peu de pratique, sentir et mesurer la pression exercée sur chaque membre à n’importe quel instant de la course.

Avec Prosthesys on pourra atteindre une vitesse de pointe de 30 km/h, soit environ la vitesse d’une personne faisant un sprint. L’alimentation est 100% électrique et fournie par une batteire au Lithium-ion.

Jonathan Tippet n’en est pas à son premier robot, il a déjà construit le Mondo Spider. Mais pour celui-ci, l’inventeur cherche des soutiens financiers sur la plateforme Indiegogo, bien qu’il soit accompagné par de nombreuses entreprises (Dassault Systèmes, Lenovo, …), universités et fondations. Si l’objectif est atteint, les premiers pilotes pourront essayer le Prosthesys fin 2015 et Jonathan pourra croire un peu plus en son rêve : voir un jour un championnat d’anti-robots se créer, avec différentes catégories de robots classés selon leur taille, leur poids, leur nombre de nombre de pattes, etc.

humanoides_fr_anti-robot_prosthesis_course_exosquelette_5

humanoides_fr_anti-robot_prosthesis_course_exosquelette_6

humanoides_fr_anti-robot_prosthesis_course_exosquelette_4


Laisser un commentaire

  1. Triplesept

    Ce n'est pas tout à fait nouveau, General Electric a exploré le domaine en 1969.

    A l'époque, le système impliquait pas mal de force physique du pilote qui était épuisé au bout de dix minutes.
    http://www.laboiteverte.fr/un-vehicule-quadrupede/