Des drones au secours de la forêt amazonienne

Si un arbre tombe dans la forêt et qu’il n’y a pas de drone pour le voir, est-il vraiment tombé ? Hélas oui, et c’est la raison pour laquelle l’Amazon Conservation Association a décidé d’utiliser des drones pour surveiller les exploitations forestières illégales.

L’association s’occupe de surveiller la réserve de Los Amigos dans la région de Madre de Dios au Pérou. Carlos Castaneda, le responsable de la surveillance n’a à sa disposition que 5 rangers pour une surface avoisinant les 145 000 hectares, soit l’équivalent d’un petit pays européen. La réserve, elle, est située au milieu d’une jungle que ne traverse aucune route. Selon la directrice générale de l’ACA, Hannah Stutzman, le terrain est tellement inaccessible et l’équipe a un budget tellement réduit qu’il est impensable d’envoyer simplement quelqu’un regarder ce qu’il s’y passe.

Des drones pour surveiller la déforestation amazonienne

L’idée d’utiliser des drones pour la surveillance (comme le fait déjà WWF en Afrique) est couplée à celle de la surveillance satellitaire. Un satellite repère les différences entre une image d’archive et l’image actuelle, repérant les différences dans les pixels, permettant ainsi de localiser les zones à surveiller. Les drones sont ensuite envoyés afin de vérifier au moyen de caméras ce qu’il se passe dans la zone en question. Les aéronefs, des modèles d’aile volantes, mesurent chacun environ un mètre de largeur et pèse un peu plus de 2 kg. Ils sont équipés d’un appareil photo Canon classique sur le ventre et d’une caméra sur le nez.

Les données recueillies par les drones ne sont pas uniquement destinées à lutter contre la déforestation mais pourront être utilisées pour analyser la repousse des zones menacées.

L'entretien de l'un des drones

L'un des drones de surveillance de l'ACA

Crédits photo : ACA


Laisser un commentaire