Des prothèses mécaniques à fabriquer soi-même

Avec la facilité grandissante d’accès aux technologies ainsi que la baisse des coûts, les personnes amputées, avec, certes, quelques connaissances, peuvent désormais se débrouiller par leurs propres moyens. Certains ont même réussi le pari ambitieux de concevoir des prothèses fonctionnelles par eux-mêmes.

Une jambe artificielle en pièce LEGO

Une jeune femme américaine, victime d’un accident de voiture, a fabriqué sa propre prothèse de jambe. La particularité de celle-ci est qu’elle est faite à partir de pièces LEGO.

humanoides_fr_prothese_lego_jambe_2

Christina Stephens est chercheuse en biomécanique. A la suite d’un pari avec un collègue, elle s’est mise en tête de fabriquer sa propre prothèse pour sa jambe gauche : « Un de mes collègues de laboratoire a, pour rigoler, suggéré que je me fabrique une prothèse entièrement faite avec des LEGO. Je suis rentrée chez moi et je l’ai fabriquée ».

Christina est aussi ergothérapeute, elle est donc au contact des patients qui utilisent des prothèses. Cela lui a permis de dire qu’aucun produit ne lui convenait vraiment…

humanoides_fr_prothese_lego_jambe_3

Dans la vidéo qui suit, Christina explique étape par étape la réalisation de sa prothèse LegoLeg. On la voit sortir les pièces LEGO d’une boîte de rangement et construire pièce après pièce sa nouvelle jambe artificielle.

Quelques chiffres pour ceux qui douteraient de la résistance des célèbres briques en plastique. D’après ce site, on peut fabriquer une tour en pièces Lego d’une hauteur de 3,49 kilomètres sans qu’elle ne se casse. Et une pièce Lego peut être assemblée et désassemblée 31 112 fois avant qu’elle ne soit plus utilisable.

Prothèse créée avec une imprimante 3D

Richard Van As, un charpentier habitant en Afrique du Sud et ayant perdu quatre doigts lors d’un accident, et Ivan Owen, un designer basé à Washington, ont eu l’idée de lancer un projet un peu fou : la fabrication d’une prothèse de main en utilisant la technique d’impression 3-D.

humanoides_fr_robohand_prothese_imprimante_3d

L’objectif du projet Robohand, lancé d’abord sur Indiegogo, est de réaliser des prothèses abordables pour les personnes amputées ne pouvant pas s’offrir des prothèses à plusieurs milliers d’euros. Le système est en plus très facile à monter puisqu’il se compose de très peu de pièces et le modèle 3D est entièrement libre de droit sur Internet, ce qui en fait la première main artificielle complètement open source !

Robohand est déjà une réalité puisqu’un enfant de cinq ans a retrouvé l’usage de sa main droite grâce à lui. De plus, elle est très facile à monter puisqu’elle ne comprend que des pièces extrêmement simples comme une corde en nylon, des dés à coudre en caoutchouc et des câbles.

humanoides_fr_robohand_imprimante_3d

MakerBot, un fabricant d’imprimantes 3D, s’est depuis, associé au projet et a permis une diffusion plus large.

Une prothèse de ce genre ne coûte que 115 euros à produire. Vu la vitesse à laquelle se propagent les imprimantes 3D, il sera bientôt possible pour le plus grand nombre d’accéder à ce genre de substitut assez aisément.

Une pince robotique facile à fabriquer

Des chercheurs de l’université de Chicago ont réussi à fabriquer une pince robotisée capable de serrer tout type d’objets, aussi bien des graines de café, une allumette ou encore un ballon de baudruche. Heinrich Jaeger (Jaeger Lab) et John Amend, ses inventeurs, vont essayer de commercialiser cette main « super agrippante » à travers la société Empire Robotics

La pince robot est très simple à réaliser, il suffit de se procurer un peu de matériel et en particulier une pompe aspirante.


Laisser un commentaire

  1. BARSINAS Rautea

    Bonjour, j'ai moi même perdu la moitié de mon auriculaire et j'aimerais contacter monsieur Richard VAN AS afin qu'il puisse me renseigner. J'habite TAHITI, une petite île qui se trouve en Polynésie Française.