Des robots rusés qui imitent le comportement des écureuils

L’habit ne fait pas le moine le robot… Des chercheurs de l’Institut de Technologie de Géorgie ont mis au point des robots rusés, capables de faire semblant pour mieux tromper les autres robots.

L’équipe a d’abord étudié le comportement des écureuils. Ces derniers récoltent des glands et les stockent dans des endroits différents – on ne met jamais tous ses oeufs dans le même panier 🙂

Puis ils font des rondes pour surveiller que personne ne leur pique leurs glands. Et lorsqu’un écureuil concurrent passe par là, et se met à reluquer ces va-et-vient suspects, notre ami l’écureuil modifie quelque peu son parcours. Oui, ce petit malin feinte l’autre écureuil en allant vérifier des cachettes où il n’a stocké aucun gland.

Blog_Humanoides_Fr_robot_ruse_ecureuil

Ce comportement étonnant a particulièrement intéressé une équipe du Georgia Tech dirigée par Ronald Arkin, et l’Office of Naval Research qui finance ce projet et qui voit déjà des applications possibles dans le domaine militaire.

Blog_Humanoides_Fr_robot_ruse_georgia_tech_Ronald_Arkin

Ronald Arkin et son étudiant chercheur Jaeeun Shim ont réussi à modéliser ce comportement et ont fait une démonstration de leur robot. Celui-ci réussit à tromper les autres robots, en les menant sur des fausses pistes.

Les chercheurs ont testé leur algorithme avec des robots Rovio au cours de 20 expériences. Le robot rusé avait le choix d’aller se cacher dans trois endroits différents – à gauche, au centre et à droite. Chaque endroit était marqué par un bâton témoin de couleur différente, rouge bleu et vert. Avant chaque expérience, le robot choisissait aléatoirement l’endroit où il allait se cacher puis s’y rendait en faisant d’abord tomber un bâton témoin autre que celui de l’endroit choisi.

Ensuite, le robot suiveur se fiait à la position des bâtons témoins pour retrouver le robot rusé. Dans 75% des cas le robot suiveur ne trouvait pas la cachette du robot rusé. L’expérience, bien qu’imparfaite, démontre la capacité des robots à devenir rusés et à réussir à tromper ses semblables. Elle valide également les algorithmes pensés par les deux chercheurs américains.

En situation réelle, des robots de ce type pourraient protéger les stocks de munitions par exemple, en gagnant du temps avant l’arrivée des renforts.


Laisser un commentaire