Deux avancées majeures pour que la peau connectée devienne réalité

L’une en Chine, l’autre au Royaume-Uni, deux groupes de recherche ont fait part de leurs avancées quasi simultanément. La première est une peau connectée, la seconde pourrait bien faire de votre main votre prochain écran tactile !

La peau connectée made in China

Et ce n’est pas pour la dévaloriser. La technologie chinoise est à bien des égards l’une des plus innovantes. De nombreux chercheurs travaillent à reproduire la sensation du toucher chez les robots, sans succès, ou du moins pas à des coûts suffisamment bas. C’est pourtant la prouesse que vient de réaliser une équipe de scientifiques chinois de l’Université de Science et de Technologie de Pékin.

« La sensibilité de cette peau connectée est remarquable » indiquent les chercheurs chinois dans l’introduction de leur article de recherche. Pas plus épaisse que 2 mm, la sensibilité de cette peau connectée est si fine qu’elle peut sentir une abeille se poser sur elle. Cette main connectée identifie l’endroit et la vitesse de l’objet qui rentre en contact avec elle, grâce un système d’induction particulièrement efficace.

nn-2015-07074t_0006

Mais la vraie percée de cette innovation, c’est qu’elle est tout simplement auto-alimentée. Par le simple contact des deux objets, un effet frictionnel se déclenche et produit de l’énergie. C’est ce qu’on appelle la triboélectricité. « Les charges triboélectriques sont quotidiennes, à chaque fois que deux surfaces se rencontrent. Lorsqu’une surface chargée approche un bloc de métal (une électrode), cela induira la charge opposée, ce qu’on appelle l’effet d’induction électro-statique » explique Haixia Zhang, professeur de l’Université de Pékin.

Plus besoin de batteries où de câbles d’alimentation. Constituée de film plastique micro-structuré et d’électrodes en nano-argent, cette peau connectée est transparente, flexible et ultra-sensible. Une innovation qui pourrait élargir non seulement le champ de l’intelligence artificielle, mais avant tout permettre aux individus paralysés ou amputés de retrouver la sensation du toucher.

main connecte chine

La main connectée de l’Université de Sussex

Qui ne se souvient pas des écrans flexibles de Minority Report ? A l’autre bout de la planète, les ingénieurs britanniques de l’Université de Sussex ont fait part d’une découverte qui dépasse largement ce type de technologie. Imaginez que vous vous serviez de votre propre main comme d’un écran. Financés conjointement par le Centre de Recherche de Nokia et celui de l’Union Européenne, les scientifiques ont semble-t-il mis au point un système appelé SkinHaptics.

Pourquoi faire ? « Imaginez que vous êtes à vélo et que vous voulez changer le volume sonore de votre montre connectée, l’espace d’interaction sur ce type d’appareil est très limité. Alors nous cherchons des moyens d’étendre cet espace, jusqu’à la main de l’utilisateur » explique le Professeur Sriram Subramanian en charge de l’équipe de recherche. A mesure que prolifèrent les appareils électroniques, il nous faudra recourir à d’autres sens que la seule vue, pour éviter toute surabondance. D’où l’intérêt scientifique et commercial, pour le toucher, qui est notre sens le plus instinctif.

main connectee sussex

Comment ça marche ? Des transmetteurs ultra-sons sont positionnés sur le dos de la main, et envoient des vagues d’ultra-sons à travers la main en utilisant un procédé de « renversement temporel ». A l’inverse des ondes aquatiques, ces vagues deviennent de plus en plus précises à mesure qu’elles s’éloignent de leur transmetteur, pour arriver en un point précis de la paume de la main. S’il semble fonctionnel, ce procédé n’en est pas moins au stade de prototype. Il nécessite pour l’instant beaucoup trop d’instruments et empêche toute embarcation.

A quoi bon inventer des robot-smartphones quand on peut faire de son corps un bijou de technologie ? Dans la quête ultime de « l’intuitivité » des appareils électroniques et connectés, l’écran-main semble en être l’aboutissement. Du moins pour le moment…


Laisser un commentaire

  1. DLG

    Merci bien pour l'article, très intéressant, mais à l'avenir la moindre des choses serait de mettre les liens vers les publications en question. Merci d'avance.