Deux robots Valkyrie bientôt dans les mains de deux universités américaines

Robot astronaute de la NASA

Le Centre spatial américain a pris la décision de placer deux prototypes R5 « Valkyrie » dans deux grandes universités américaines, le Massachusetts Institute of Technology (MIT) et l’Université Northeastern, afin qu’elles développent la recherche sur son robot astronaute.

Envoyer un astronaute dans l’espace est à la fois dangereux et coûteux. Les ingénieurs de la NASA sont bien placés pour le savoir et développent depuis plusieurs années l’humanoïde Valkyirie pour minimiser les risques et les coûts. Elle a décidé de le confier à ces deux universités américaines pour accélérer son développement.

LA NASA n’a pas choisi les deux universités par hasard. Elle l’a fait à l’issue d’une compétition robotique organisée entre les universités qui avaient pris part aux finales de la DARPA Robotics Challenge, ce tournoi qu’avait remporté le robot humanoïde coréen du KAIST. C’est donc l’équipe du Laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle (CSAIL) du MIT pour son programme Robust Autonomy for Extreme Space Environments program au MIT et l’équipe du groupe de recherche Accessible Testing on Humanoid-Robot-R5 and Evaluation of NASA Administered (ATHENA) Space Robotics Challenge de l’Université Northeastern de Boston. Chaque équipe recevra prochainement un robot R5.

Robot R5 Valkyrie de la NASA

1 mètre 90 pour 125 kilos, cet imposant humanoïde construit en partenariat entre le Johnson Space Centre, l’Université du Texas et la Texas A & M, était conçu initialement pour des missions de secours de personnes en cas de sinistre. Sa piètre participation aux demi-finales de la DARPA en 2013 ne lui avait pas permis de se qualifier pour les finales. Mais la NASA n’a pas souhaité abandonner le projet et R5 revient aujourd’hui sur le devant de la scène. Sa mission a été quelque peu modifiée puisque la NASA souhaite en faire un éclaireur pour ses futures voyages dans l’espace ou un assistant pour les personnes qui voyageront vers Mars.

En plus des robots, chaque groupe de recherche recevra pendant deux ans une subvention de $250 000 USD par an -subvention du Space Technology Mission Directorate (STMD)- ainsi qu’une assistance technique assurée par la NASA. Les robots participeront également au défi robotique organisé par la NASA, le Space Robotics Challenge, visant à perfectionner l’autonomie des robots humanoïdes spatiaux.

« Les progrès de la robotique, y compris la collaboration homme-robot, sont essentiels pour le développement des capacités nécessaires à notre voyage vers Mars », explique l’administrateur STMD associé Steve Jurczyk. « Nous sommes ravis de faire participer ces groupes de recherche universitaire qui aideront la NASA à franchir cette prochaine grande étape dans le développement de la technologie robotique. »


Laisser un commentaire