Diego-San : un robot pour comprendre le comportement des bébés

Diego-San : un robot pour comprendre le comportement des bébés

Des chercheurs du Olin College, de l’université de Miami et de l’université de Californie San Diego se sont intéressés aux mécanismes du sourire des bébés. Leur hypothèse était que les bébés ne sourient que pour faire sourire les adultes autour d’eux, utilisant ce geste comme un moyen de communication. Après une première phase d’observation, les chercheurs ont utilisé le robot Diego-San, un robot conçu pour imiter le comportement et la gestuelle d’un enfant d’un an, pour tenter de confirmer leur hypothèse.

Lors de la première phase, les chercheurs ont analysé les interactions entre 13 « couples » mère-enfant, avec des enfants allant de 4 à 17 semaines. Lors de l’observation de chaque couple, les chercheurs sont partis de l’hypothèse qu’aussi bien mère qu’enfant tentait d’atteindre l’un des quatre objectifs suivants : maximiser le temps de sourire simultané, maximiser le temps de sourire de la mère, maximiser le temps de sourire de l’enfant, ou ne pas sourire. En analysant statistiquement les moments durant lesquels la mère et l’enfant souriaient, et les effets qu’avaient ces actions, les chercheurs ont pu déterminer quel était l’effet recherché le plus probable.

Les résultats montrent que tandis que les mères tentaient, à 70 %, de maximiser le temps de sourire simultané, les enfants, eux, préféraient favoriser le temps de sourire de la mère à 80 %. Les chercheurs vont plus loin en indiquant que les enfants préféraient même ne pas sourire lorsque leur mère souriait. Selon les chercheurs, « les enfants ont fait preuve de comportements de synchronisation sophistiqués pour atteindre leur but. »

Un robot qui simule les comportements et gestes d'un bébé

Afin de valider leurs résultats, les chercheurs ont utilisé le robot Diego-San, un bébé robotique standardisé. Le robot avait été programmé pour tenter d’atteindre l’objectif de maximisation du temps de sourire de l’adulte seul, comme un vrai enfant semble le faire. Le robot a été placé devant 32 étudiants de l’université San Diego au cours de quatre périodes individuelles de trois minutes chacune, durant lesquelles le robot testait la stratégie supposée des enfants ainsi que les trois autres stratégies qui servaient de tests témoins. Bien que Diego-San n’ait été qu’un robot et que les étudiants n’en soient pas les parents, les résultats ont été les mêmes que ceux obtenus avec les mères. Selon les chercheurs, « le temps de sourire du participant seul était considérablement plus long lors de l’utilisation de l’objectif supposé des enfants, que lors de l’utilisation des 3 autres objectifs. »


Laisser un commentaire