Spray Hornet de Drone Volt a une mission : éradiquer les frelons

Les drones se multiplient d’année en année mais leur utilité, elle, n’est pas toujours au rendez-vous. A ce jour, les exemples que l’on a d’applications concrètes de drones, ce sont dans les domaines de l’exploration scientifique et de l’agriculture qu’ils sont les plus remarquables. Le dernier modèle de drone du français Drone Volt en est un parfait exemple.

Ces dernières années, le drone s’est révélé être un nouvel instrument indispensable pour la science. Ce qui a popularisé son usage ce n’est pas vraiment sa capacité à voler, cela on savait déjà le faire (à échelle plus importante), mais c’est surtout le fait que ces engins puissent embarquer des caméras et tout un tas de capteurs, sans trop pénaliser son autonomie de vol. Tout le monde connaît l’exemple de l’utilisation des drones qui ont permis d’explorer les ruines de la Cité antique de Palmyre, une fois arrachée des mains de l’État Islamique par les russes. Dans ce cadre précis, ils ont permis de reproduire une cartographie 3D complète des lieux. Une fois digitalisée, cette carte 3D peut être comparée aux centaines de photos provenant de tout horizon et rassemblées dans une banque d’images en ligne. Le but étant d’observer scrupuleusement l’évolution de la détérioration des ruines antiques. Et pourquoi pas de les reconstruire à l’aide d’un robot sculpteur, mais c’est un tout autre débat. Une seconde utilisation très utile consiste à employer des drones pour monitorer le milieu naturel, qu’il s’agisse de sols, de volcans, de troupeaux d’animaux et même de flopées d’oiseaux comme ce fut le cas à l’autre bout du monde. En Australie, une équipe de biologistes a ainsi recouru aux drones pour repérer et compter le nombre d’individus composant une colonie afin d’observer d’éventuelles évolutions imprévues.

En ce qui concerne l’agriculture, les exemples sont pléthores. Les drones sont souvent utilisés pour surveiller les récoltes et anticiper les maladies ou les dégâts, chasser les prédateurs, ou tout simplement pour garder un œil sur l’évolution des récoltes. C’est en Australie que les projets de drones sont le plus fréquemment annoncés dans le cadre de programmes agricoles. Sur cette île immense, les terrains des fermiers s’étendent parfois sur des milliers d’hectares et les drones offrent un nouveau moyen d’observation sur ces vastes étendues pour contrôler le bétail. Les drones sont la clé pour accéder à des lieux jusqu’ici difficiles voire impossibles à atteindre, que ce soit parce qu’ils sont trop éloignés ou trop isolés comme trop dangereux.

Dans les exemples que nous avons cités, les drones sont utilisés pour leur capacité à offrir des points de vues inédits. Mais comme nous l’avons dit, le second grand avantage du drone est qu’il agit comme une extension de l’œil humain et lui permet d’observer des lieux inaccessibles car beaucoup trop dangereux, comme le réacteur n° 3 de la centrale de Fukushima.

frelon-abeille

Ici, c’est une entreprise française qui nous offre un bel exemple d’utilisation du drone pour se débarrasser de tout danger. Le fabricant français Drone Volt, que l’on connaît déjà pour avoir conçu le premier drone compatible avec la prise de vue pour réalité virtuelle, est également un spécialiste de l’agriculture de précision. Son système Drone Spray permet de pulvériser toutes sortes de pesticides ou d’engrais sur les plantations avec une précision optimale et ce sans supervision humaine. Mais sa toute dernière invention est plutôt originale. Avec Drone Spray Hornet, le français entend bien mettre un point d’arrêt à la prolifération dévastatrice du frelon asiatique.

Redoutable prédateur, le frelon asiatique est arrivé en Europe dans les années 1980, avec la grande ouverture de l’économie chinoise initiée par Deng Xiaoping. Il met à mal la biodiversité en chassant un nombre considérable d’abeilles et d’insectes qui maintenaient l’équilibre de notre éco-système naturel. A tel point qu’en 2012, le frelon, de son nom Vespa velutina, a été classé au rang de danger sanitaire de seconde catégorie par arrêté ministériel, puis élevé au rang d’espèce exotique envahissante. Point de départ de la lutte acharnée contre le frelon, ces arrêtés ont libéré nos agriculteurs qui redoublent d’inventivité pour mettre fin à la menace. Mais les nombreux poisons et pièges mis en place ne sont pas sans mettre en péril une multitude d’autres espèces d’animaux et d’insectes qui subissent les dommages collatéraux des trésors d’inventivités déployés par les chasseurs de frelons. Aussi, il convient de trouver de nouvelles solutions pour cibler précisément le frelon, sans atteindre les autres insectes pour qui tous ces efforts ont été concédés…

Le Drone Spray Hornet de Drone Volt offre donc une nouvelle manière de lutter contre les frelons en épargnant au maximum le reste de la population animale. En bref, il s’agit d’un système léger car fait en fibres de carbones, avec une stabilité optimale, une autonomie totale de 20 minutes et un retour vidéo en HD. Homologable pour voler en agglomération, le drone anti-frelons est prêt à l’emploi et requiert une dizaine de minutes de préparation. Mais une fois la cible identifiée, il ne lui suffira que de 5 minutes pour remplir sa mission d’éradication. Une bonne manière de se débarrasser des nids de frelons sans risquer de se faire piquer ou de tomber de son échelle. Simple, rapide et efficace, c’est la solution du futur. Et sûre qui plus est, car le drone est équipé d’un parachute réutilisable et déclenchable manuellement pour réduire sa vitesse en cas d’urgence.


Laisser un commentaire