Drones : la SNCF débute les tests de surveillance

La SNCF a entamé cette semaine la première expérience de surveillance de son réseau ferroviaire par un drone civil près de Lavaur (Tarn), à l’est de Toulouse. Elle utilise un appareil conçu par l’entreprise Delair-Tech, sur lequel a été monté une caméra thermique infrarouge permettant de surveiller les rails de nuit.

Une première en France : le drone DT-18 modifié pour voler en pleine autonomie dans l’espace aérien civil français (réglementé par la DGAC) a effectué son premier test en vol avec succès ce mardi 4 février. Pendant trois heures il a survolé un tronçon de dix sept kilomètres sur la ligne Toulouse-Castres. Le futur drone de la SNCF pourrait rentrer en service dès 2015.

Les drones de Delair-Tech pour la surveillance nocturne

Conçu par la start-up toulousaine Delair-Tech, l’engin sans pilote mesure environ 1 mètre s’envergure pour moins de 2 kilos, et permet une surveillance discrète des voies de jour comme de nuit avec ses capteurs d’imagerie thermique (FLIR).

Nous avons dû adapter notre système aux exigences de l’Autorité de l’aviation civile française (DGAC) pour des vols la nuit, et nous coordonner avec les autorités locales afin de créer un espace aérien particulier, explique Bastien Mancini, responsable des opérations chez Delair-Tech.

La start-up a été créée en 2011 par quatre ingénieurs issus des industries pétrolière et aéronautique. Elle conçoit des appareils sans pilote pour des applications de surveillance de gazoducs, autoroutes, voies fluviales ou encore de sites industriels. L’entreprise triplera en 2014 son nombre de commandes par rapport à 2013 : 100 appareils ont déjà été commandés.

Drone DT-18 avec caméra infrarouge

La SNCF est convaincue de l’efficacité et du bénéfice économique qu’elle peut tirer de l’usage des drones. En plus de la détection des vols de câbles, elle a prévu d’y avoir recours pour inspecter l’état de 28.000 ponts et viaducs ou surveiller 10.000 parois rocheuses et remblais susceptibles de menacer ses installations.


Laisser un commentaire

  1. Anonyme

    C'est fou de voir à quel point on est entrain de polluer l'espace aérien de toutes sortes de bidules en plastique.