L’aspirateur autonome Dyson 360 Eye enfin disponible en France

Dyson investit le très dynamique marché des robots domestiques avec son aspirateur 360 Eye, dont la sortie mondiale est enfin arrivée. Le britannique espère bénéficier des avancées de la recherche sur l’intelligence artificielle.

Le leader mondial de la robotique ménagère, l’américain iRobot, qui a récemment troqué ses activités militaires pour se concentrer à plein temps sur le civil et le domestique, a désormais un nouveau concurrent. Et pas n’importe lequel puisque c’est le britannique Dyson qui a inondé le marché de l’électro-ménager avec ses appareils innovants et design. Dyson est à l’électro-ménager ce qu’Apple est à la téléphonie et à l’informatique, un innovant qui mise beaucoup sur l’apparence physique et la technologie pour séduire les consommateurs prêts à mettre la main à la poche pour un produit de qualité.

L’aspirateur intelligent 360 Eye

Plus d’un an après avoir investi le Japon, et 17 ans après le lancement du projet, l’aspirateur 360 Eye de Dyson débarque enfin dans le reste du monde.

« Deux fois plus rapide que les autres aspirateurs« , selon un test d’aspiration sur la base de la norme IEC EC 60312-1, Cl. 5.8 et 5.9. Le 360 Eye est un brillant mélange de technologies d’aspiration et de technologies de l’information. Ce nouvel appareil concilie la technologie des aspirateurs traditionnels de Dyson (Radial Root Cyclone™ et ses moteurs compacts V2), l’autonomie et la connectivité grâce à une appli smartphone qui permet de le gérer à distance. De programmer des cycles d’aspiration, d’y mettre fin etc…

Et qui dit autonomie, dit gros travail de captation d’images et de traitement embarqué. « La vision est absolument essentielle » précisait Mike Aldred en charge de la division robotique de Dyson, à TechCrunch. Mais à ses premiers jours de développement « il s’agissait d’une toute nouvelle technologie. Il nous fallait donc agrandir notre équipe d’ingénieurs. Nous avons engagé des développeurs logiciels, mais il nous fallait aussi engager des concepteurs d’algorithmes spécialisés en robotique, des ingénieurs de systèmes. C’est une fois ce groupe formé que nous avons compris que tout le développement relevait des essais« .

Et par essais, Aldred veut dire des milliers d’essais. Pour parvenir à ce produit final, les ingénieurs de Dyson auraient testé leur robot dans plus de 50 maisons différentes pendant une centaine de milliers d’heures. « Notre but était de passer par une batterie de tests très large de façon à identifier le plus rapidement possible les erreurs possibles dans les différents environnements, de les corriger et de les tester de nouveau avec les modifications » explique-t-il.

composition du Dyseon 360 Eye

Si ce robot de 2,45 kg possède une contenance relativement faible (330 ml), il se démarque par sa polyvalence. Doté de chenilles, il peut surmonter avec aisance un certain nombre d’obstacles qui empêchent trop souvent les aspirateurs de poursuivre leur travail. L’appareil est également équipé d’un purificateur qui se débarrasse des allergènes à l’aspiration.

Pour vous procurer les bons et loyaux services de ce petit bijou de technologie, il faudra tout de même compter 1190€. Un prix largement supérieur à ceux du marché, qui tournent autour des 500€. En guise de comparaison, la plus grosse bécane d’iRobot, le Roomba 980, revient à 999€.

déconstruction du Dyson 360 Eye

détails de la brosse motorisée Dyson 360 eye

Dyson se penche vers l’intelligence artificielle

La grande particularité de ce robot, c’est sans aucun doute sa vision 360. Le traitement d’images se fait à bord de la machine. Rien ne transite par la connectivité, si ce ne sont les mises à jour, « fréquentes », promet Aldred. Car selon lui, l’intérêt premier de la connectivité réside justement dans « sa capacité à améliorer les produits par petites touches« , et d’ainsi accélérer la mise en vente du produit, qui peut rapidement être confronté à la réalité du terrain avec ses terribles pied de table et autres angles de murs et de mobiliers qui ne facilitent pas la vie des petits robots aspirateurs. Car c’est en constatant au plus vite quelles sont les spécificités de chaque maison (à travers chaque erreur observée) qu’un fabricant peut intervenir pour les dépasser.

Pour cela, Dyson travaille à perfectionner ses logiciels et systèmes de repérage dans l’espace depuis de longues années et a déjà prévu deux petits frères pour le 360 Eye : « ce que nous développons, c’est une technologie de coeur, nous ne développons pas quelque chose pour chacune de ces machines. Puisque ces machines deviennent de plus en plus complexes, il nous faut toujours plus de puissance de calcul. Tout ce qui ne requiert pas de puissance trop importante pourra être transmis au 360 Eye, et tout le reste ira sur nos prochains aspirateurs« .

décomposition des éléments du robot aspirateur 360 Eye

La première chose sur laquelle le britannique travaille c’est la vision et l’apprentissage. Aussi rusé soit-il, le 360 Eye ne comporte encore aucune part de machine learning. Cela veut dire que « si vous déplacez votre canapé, et modifiez donc la carte 3D, vous serez très frustré de voir que l’aspirateur ne nettoie pas l’endroit désormais dégagé ». Du moins de manière autonome et directe. Car le robot le fera tout de même, mais au prix d’une exploration supplémentaire pour reconstruire entièrement la cartographie de votre maison. Selon Mike Aldred, la compagnie cherche donc de nouvelles solutions pour tirer partie des données accumulées précédemment et permettre au robot de n’avoir à re-explorer que la partie inconnue. Mais si la société doit se pencher sur ces technologies « cela doit vraiment répondre à des besoins des clients, et pas simplement être du tape à l’œil« .

Sources : TechCrunch et Dyson.


Laisser un commentaire