En lançant Phoenix, SuitX veut conquérir le marché des exosquelettes médicaux

Exosquelette Phoenix de SuitX

La startup californienne SuitX vient de présenter son nouvel exosquelette, baptisé Phoenix, conçu pour aider les personnes handicapées à se déplacer debout et à mettre de côté l’obsolète fauteuil roulant.

Plus léger, plus facile à fabriquer que la plupart des exosquelettes proposés sur le marché, et donc, moins cher, le Phoenix pourrait bien être le produit tant attendu. Fonctionnant comme la plupart des exosquelettes d’aujourd’hui, le Phoenix est un dispositif robotisé à enfiler, qui augmente et améliore les mouvements de celui qui le porte sur soi porteur. Mais son fabricant a apporté quelques améliorations qui le distinguent significativement par rapport aux caractéristique de ses concurrents.

« Nous avons lancé SuitX avec la passion de développer des produits bioniques grand public à faible coût afin d’améliorer la qualité de vie des personnes à travers le monde», déclare dans un communiqué le Dr. Homayoon Kazerooni, fondateur de la startup SuitX en 2013. Il est également le fondateur d’une autre startup spécialisée dans ce type d’appareil, Ekso Bionics »>Ekso Bionics, fondée en 2005 et a participé au projet militaire HULC de Lockheed Martin. « Nous avons abordé les problèmes liés à la conception, l’interface homme-machine (IHM), les actionneurs, la gestion de l’alimentation, et le contrôle lors du développement de nos exosquelettes médicaux. Nous avons conçu le Phoenix de sorte qu’il soit accessible et polyvalent pour que les enfants puisse l’utiliser. »

Exosquelette léger et abordable

Dr. Kazerooni previously founded Ekso Bionics in 2005. He has also been involved with numerous exoskeleton projects over the years, such as HULC, which has been used for military application. In 2013, he along with several graduate students founded suitX.

Pour cela l’équipe a réduit au maximum le design de son exo, pour atteindre un poids plume de 12,25 kilogrammes, soit moitié moins que son principal concurrent, l’appareil ReWalk (qui en est à sa sixième version, le ReWalk 6.0). En allégeant son poids, l’équipe n’a tout de même pas fait de compromis sur la deuxième caractéristique essentielle sur ce type d’appareil : l’autonomie. La batterie du Phoenix est capable de fournir quatre heures de marche continue, ou environ huit heures d’utilisation discontinue, à une vitesse maximale de 1,77 km/h. Le porteur ira moins vite qu’avec le ReWalk qui peut atteindre la vitesse de 2,56 km/h, certes, mais c’est largement suffisant pour des déplacements réguliers en ville.

Exosquelette médical américain

Entièrement modulable, le Phoenix est un appareil qui peut se reconfigurer facilement pour s’adapter selon les besoins de la personne et son type de handicap. Alors que la plupart des autres exosquelettes sont généralement conçus pour les personnes ayant des problèmes de mobilité dans les deux jambes, l’innovation proposée par SuitX est de pouvoir adapter son appareil à une personne ayant besoin d’assistance sur un seul de ses genoux par exemple. De plus la configuration de la marche, de la vitesse, et des sensations peut se régler via une application sur smartphone, afin que l’utilisateur trouve la marche la plus naturelle et confortable possible.

Le coût d’un tel appareil est annoncé à $40 000, soit près de 36 000 €. Evidemment cela peut paraître cher mais cette somme est à comparer avec les prix des autres exosquelettes qui oscillent entre 75 000 € (ReWalk) et 100 000 euros (Ekso Bionics). En annonçant un tel prix, SuitX espère rendre plus accessible cette technologie à des personnes qui n’ont pas forcément les moyens.

Encore peu démocratisés -il s’en vendrait 300 unités par an dans le monde entier- ces formidables appareils promettent beaucoup mais ont du mal à convaincre les investisseurs, qui s’imaginent mal la rentabilité d’un tel produit. Le salut viendra peut-être du côté du B2B… puisque des grands groupes industriels, tels que Bouygues Construction, ont débuté des expérimentations sur le terrain, en équipant les opérateurs d’exosquelettes afin de soulager leurs efforts. Et les premiers tests s’avèrent très positifs…


Laisser un commentaire

  1. Biscotte vava

    J'habite en France, en région parisienne, et suis paraplégique depuis 5 ans, où peut-on trouver et essayer le Phoenix ?

  2. GILLES FRADIN

    Bonjour, je suis paraplégique incomplet ou pouvons nous essayer cet exosquelette merci d'avance Gilles

  3. yvon

    bONJOUR,je suis en France,comment procéder pour le tester?,merci d'avance.yvon.

  4. Martine

    Merci pour ce beau message d'espoir dans ce monde qui part à la dérive.
    Martine