Envoyer des robots à l’autre bout de l’univers, le projet fou Stephen Hawking, Yuri Milner et Mark Zuckerberg

lightsail du programme Starshot

Alpha du Centaure est l’un des systèmes solaires les plus visibles à l’œil nu, mais aussi la prochaine cible de Stephen Hawkings, Yuri Milner et Mark Zuckerberg. Avec le programme Starshot les trois personnalités entendent répondre à la question fatidique : sommes-nous seuls dans l’univers ?

Ce projet fou, le célèbre astrophysicien le mène en collaboration avec le patron de Facebook et l’homme d’affaires Yuri Milner. Ce milliardaire prénommé en hommage à l’astronaute Yuri Gagarine, est un investisseur russe qui ne manque pas de flair. Et pour cause, en moins de deux ans, il a réussi à mettre la main sur plus de 12 millions de dollars en actions dans la Silicon Valley. Il a notamment investi très tôt dans Facebook pour ensuite revendre ses parts et les réinvestir dans Spotify, Twitter et AirBnB. Mais il s’intéresse également au marché chinois en s’attaquant à Alibaba et Xiomi. Sa compagnie, Digital Sky Technologies pèse désormais 3 milliards de dollars. Et son sens des affaires l’a ainsi propulsé à la 62e place du classement Forbes des hommes les plus riches du business technologique. A l’instar des Elon Musk, Jeff Bezos et autres entrepreneurs mégalomanes, Yuri Milner n’entend pas profiter de sa fortune sans accomplir de grandes choses.

Des millions pour la conquête spatiale

« L’univers ne semble pas déborder de vie, mais nous ne sommes probablement pas seuls. Quel gâchis de terrain immobilier cela représenterait si nous étions vraiment seuls dans l’univers. Mais je ne veux pas juger, je veux simplement apporter les réponses » avait-il indiqué à Time Magazine.

Sa passion pour la conquête spatiale l’a amené à fonder le concours scientifique Breakthrough Prize (percée, avancée, en anglais), au côté de Mark Zuckerberg et Stephen Hawking. Rien que ça. L’investisseur russe prend le paradoxe de Fermi très à cœur : « Existent-ils d’autres mondes habitables ? », « Où sont les autres ? »,  « Sommes-nous capables de faire le grand bond vers les étoiles ? » Telles étaient les interrogations du physicien Enrico Fermi et auxquelles le Breakthrough Prize, propose de répondre. Organisé en trois volets, le concours vise à récompenser des projets dans trois domaines :

Le volet Listen, alloue 100 millions de dollars à l’observation astronomique. A la recherche de preuves de vie intelligente extra-terrestre, en observant un million des étoiles les plus proches de nous, mais aussi le centre de notre galaxie et les cent galaxies les plus proches.

Le volet Message : 1 million de dollars à gagner au terme d’une compétition ayant pour objectif de créer un message représentant la Terre, la vie et l’humanité, dans un langage prétendument compréhensible de tous, y compris par des civilisations insoupçonnées.

Enfin, le volet Starshot est un programme de recherche portant sur la conception d’une technologie nouvelle, permettant à un vaisseau inhabité de se déplacer à 20% de la vitesse de la lumière. Et à terme de mener une mission spatiale jusqu’à Alpha du Centaure.

Breaktrhough Prize MEssage

Alpha du Centaure, située à plus de 4,3 années-lumière de la Terre est pourtant le système solaire le plus proche du nôtre. Envoyer des nano-robots navigant grâce à des lasers, c’est l’ambition du programme Starshot dévoilé hier, à l’occasion du 55e anniversaire du voyage spatial de Yuri Gagarine.

Avec cette technologie dernier cri, ces nano-vaisseaux pourraient voler à 20% de la vitesse de la lumière, soit 60 000 km/s et faire le voyage qui nous sépare d’Alpha du Centaure en 20 ans. Un voyage qui durerait plus de 20 000 ans si l’on se réfère à la vitesse de déplacement de la dernière sonde New Horizons, envoyée vers Pluton par la NASA. Les minuscules vaisseaux spatiaux seront composés de deux parties, la StarChip, une puce d’un gramme dotée de caméras, d’alimentation électrique, d’équipements de navigation et de communication et de Lightsail, une grande voile pas plus épaisse qu’une centaine d’atomes. Du moins en théorie.

En ce qui concerne le système de propulsion, les responsables du projet ont confiance dans l’avenir des technologies lasers qui devraient permettre de propulser les nano-vaisseaux en pilonnant leurs voiles de photons produits grâce à un laser gros calibre sur Terre. Ils espèrent donc concevoir un engin capable de produire jusqu’à 100 gigawatts pour le prix d’un iPhone. De quoi essaimer des milliers de nano-robots à travers l’univers.

7powered

Du reste, les organisateurs du programme ont d’ores et déjà prévu de multiples expérimentations scientifiques qui devront participer au succès de la mission Alpha Centauri : fabriquer un laser terrestre d’un kilomètre en haute altitude, générer et stocker des gigawatts à chaque opération, réussir le lancement d’un vaisseau-mère comportant des milliers de nano-vaisseaux, répertorier les collisions de poussières interstellaires sur le chemin et collecter des images de planètes et autres données scientifiques.

Le programme Starshot sera dirigé par Peter Worden, ancien directeur du centre de recherche AMES de la NASA, tandis que le comité sera composé de Stephen Hawkin, Yuri Milner et Mark Zuckerberg. Un trio de choc pour la conquête de l’univers ? La réponse dans une génération, soit 25 ans…


Laisser un commentaire