Les Etat-Unis lancent la création du premier exacalculateur au monde

Les Etat-Unis lancent la création du premier exacalculateur au monde

Barack Obama a signé le 29 juillet un décret présidentiel afin de lancer la conception et la construction du premier exacalculateur au monde. Ce décret autorise la National Strategic Computing Initiative (NSCI), l’organisme national américain chargé du développement de l’informatique, à se lancer dans la création du supercalculateur le plus rapide au monde, le premier à l’échelle exa.

Les Etats-Unis possédaient jusqu’à 2013 l’ordinateur le plus rapide au monde, Titan, capable d’effectuer 17,59 petaflop de calculs en une seconde, soit plusieurs quadrillions de calculs à la seconde. Ils ont été détrônés par les chinois qui avait construit le supercalculateur Tianhe-2, capable de traiter 33,86 petaflop d’informations par seconde. En avril, le gouvernement américain s’était d’ailleurs opposé à ce que l’entreprise Intel aide le gouvernement chinois à améliorer Tianhe-2.

Il s’agit maintenant de reprendre la première place. Pour cela, Barack Obama a défini 5 missions pour la NSCI. La première est d’accélérer la conception d’un système de calculateur à l’échelle exa, capable, en intégrant les compétences matérielles et logicielles, de traiter près de 100 fois la capacité de 10 petaflop actuelle. Ce système devra comprendre une gamme d’applications pour répondre aux besoins du gouvernement. La deuxième mission consiste à développer la cohérence entre les bases technologiques utilisées pour la modélisation et la simulation et celles utilisées pour les plateformes de traitement de données.

Titan, le supercalculateur américain

Le programme se projette également dans le futur puisque la NSCI est chargée de mettre au point, dans les 15 prochaines années un plan viable pour le développement futur des systèmes informatiques à hauts rendements, une fois les limites de développement des technologies semi-conductrices atteintes. La quatrième mission vise à optimiser les capacités d’un système informatique à hauts rendements national notamment en s’intéressant aux problématiques de connectivité, de flux d’informations, des algorithmes et programmes fondamentaux ou encore de l’accessibilité.

La cinquième mission, enfin, a pour objectif de développer une collaboration entre le secteur public et privé pour s’assurer que les avantages liés aux avancées de la recherche et du développement seront partagés, au maximum, entre le gouvernement fédéral américain et les secteurs académiques et industriels.


Laisser un commentaire