Etats-Unis: drone bombardier nucléaire or not drone ?

Lâcher la bombe nucléaire depuis un drone sans pilote… Le projet Long Range Strike Bomber que prépare en secret l’US Air Force depuis des années pourrait aboutir au drone que personne ne souhaite voir voler.

Le drone de prochaine génération fait débat. Malgré les nombreuses avancées en matière de systèmes embarqués, les experts militaires considèrent que la technologie non habitée n’est pas suffisamment fiable pour laisser un drone bombardier, de la catégorie des UCAV (Unmanned Combat Air Vehicle), s’occuper du largage d’un missile à tête nucléaire.

Ils recommandent même de prévoir un cockpit sur ce type de drones pour y placer un pilote à bord au cours de certaines missions, les plus nucléaires d’entre elles dirons-nous. Un journaliste de Popular Science s’est entretenu avec un haut placé au Pentagone qui lui a confié qu’il ne pense pas qu’un jour on envoie un bombardier sans pilote dans une zone de conflits.

drone-Long-Range-Strike-Bomber-USAF

Sur les 159 bombardiers que compte les Etats-Unis presque la moitié sont des B-52 en service depuis les années 60. Preuve en est que le turnover n’est pas bien grand. Les deux autres bombardiers en service sont le supersonique B-1 Lancer et le furtif B-2 Spirit, datant des années 80. Ces avions ont été conçus pour transporter l’arme nucléaire sur de longues distances.

Depuis l’effondrement de l’URSS et les restrictions budgétaires successives, le programme des bombardiers nucléaires a pris un sérieux coup dans l’aile. Mais les récents évènements opposant les Etats-Unis à la Corée du Nord pourraient relancer le débat.

Bombardier-B2-USAF

Se pose donc la question du renouvellement de cette flotte de bombardiers et de l’utilisation ou non des dernières technologies de pilotage à distance ou de solutions autonomes.

Malgré leur utilisation toujours plus intense, les drones n’ont pas encore été envoyés dans des zones conflictuelles où l’ennemi s’appuie sur des chasseurs ou des systèmes de défense anti-aérienne. Ceci est en partie dû à la composition de la flotte de drones américaine, faite essentiellement de bombardiers volant à faible vitesse et de drones pour la surveillance. L’USAF préférant envoyer dans ces cas là ses F-16.

Si l’USAF souhaite conserver des pilotes à bord des drones, et en particulier lors de missions à haut risque, ce n’est pas pour des questions de technologie assistive, mais bien parce qu’une présence humaine à bord présente bien plus d’avantages, comme le fait de pouvoir faire atterrir son aéronef là où le pilote le souhaite.

Les Etats-Unis ont encore en tête le détournement d’un de leurs drones scouts RQ-170 en 2011 par l’Iran, via le brouillage des communications et l’assignation de fausses coordonnées d’atterrissage. Perdre un drone de surveillance Global Hawk, non armé, au cours d’une mission n’a que peu de conséquences, simplement un trou de la surveillance de la zone survolée. Mais perdre le contrôle d’un drone bombardier est différent. Que se passerait-il si un drone chargé nucléairement était détourné par une nation mal intentionnée ? On ne préfère pas imaginer…

C’est pour cela que l’USAF envisage de placer des pilotes dans les cockpits du futur Long Range Strike Bomber. Pour certaines missions le drone pourrait être utilisé pour ses capacités d’autonomie, et dans d’autres, un homme le piloterait. Pilote de chasse : un métier irremplaçable par les robots ?


Laisser un commentaire

  1. Xelm

    Stupidité que de penser à mettre cela au point...

    Où sont passés les désirs de réduction des armes nucléaires ?

    On dépense du temps et des ressources planétaires pour mieux s'autodétruire ?

    C'est à se demander si les "grands" de ce monde ont un soupçon d'humanité.

  2. SODA

    +1 Chochotte!

    J'ai tiqué sur la même phrase. Mais il ne faut pas oublier que les US sont les gentils dans l'Histoire, et qu'il faut, s'il vous plaît, en déduire la gentillesse de leurs intentions quant à l'utilisation de tels équipements.

  3. Zip zip

    Bien sûr que si un jour les bombardiers nucléaires seront sans pilote.

    Ce n'est qu'une question de temps et de mentalité.

    On a pas fini de se marrer si l'on aime l'humour noir, l'histoire nous apprend tous les jours que l'humain n'apprend que très peu de ses erreurs.

  4. Chochotte!

    "Que se passerait-il si un drone chargé nucléairement était détourné par une nation mal intentionnée ?"
    Je ne suis pas sur de comprendre pourquoi une nation bien intentionnée s'amuserait à faire voler une charge nucléaire autour de la terre. En général, ça n'apporte rien de bon il paraît...
    J'étais obligé de le relever, cette phrase m'a fait tiquer mais très bon article quand même, comme les autres.

    Bonnes fêtes.

  5. MrMinekia

    Joyeux Noël...