EXO-RACERS : le futur des sports mécaniques ?

Nous avons évoqué cette semaine un projet de robots exosquelettes pour faire la course. Il s’agissait d’un projet canadien. Il se trouve qu’un français a imaginé un concept similaire baptisé EXO-RACERS, des robots pilotés par l’homme tel un sport mécanique.

Le projet « EXO-RACERS » est né en 2010, quand Yannick Lelogeais, ingénieur mécanique, s’est posé cette question : « Quel pourrait être le futur des sports mécaniques ? », et ce dans le cadre de son diplôme de Master en Design Industriel qu’il effectuait à Strate College (école qui voit naître beaucoup de projets autour de la robotique).

Exo-Racers un concept de robots exosquelettes

Loin de vouloir redessiner une nouvelle voiture de course futuriste, Yannick s’est intéressé aux nouvelles technologies qui pourraient amener de la passion, du spectacle et être une vitrine de démonstration pour des entreprises high–tech. Au début de son projet, il pensait à des courses de robots, mais il manquait un élément essentiel : un pilote ; en effet pour que le public puisse s’identifier à un héros, il faut un pilote humain, et pas nécessairement une IA.

Ainsi, c’est vers les exo-squelettes que Yannick s’est tourné, car ils sont potentiellement intéressants en termes d’applications pour des particuliers ou des entreprises, mais surtout étant basés sur le corps humain, ils permettent une plus grande variété de mouvements et donc de plus grandes possibilités de courses spectaculaires.

Exo-Racers un concept de robots exosquelettes de course

Si nous regardons les courses mécaniques, telles que les 24 heures du Mans, de nouvelles générations de véhicules arrivent telles que des voitures électriques. D’ici quelques temps, avec la R&D, les batteries de ces voitures électriques développeront une quantité bien supérieure d’énergie, et la question que l’on doit se poser est de savoir si cette énergie doit être juste utilisée à faire tourner des voitures en rond ? Nous pourrions peut être l’utiliser en imaginant que ce nouveau véhicule puisse sauter, courir, glisser, etc…

Ainsi sur ces constats, Yannick a imaginé que les « EXO-RACES », des courses d’exosquelettes donc, se feraient sous la forme de circuits mélangeant des parties type circuit, mais aussi avec des franchissements d’obstacles, des sauts, … mélangeant ainsi les trajectoires de circuit, le parcours du combattant et les acrobaties des Yamakazis.

Exo-Racers des robots exosquelettes rapides

Plutôt que de construire de nouveaux circuits pour ces courses, j’ai choisi de faire revenir la course dans la ville, car pendant plusieurs siècles, les jeux, le cirque, les tournois, etc. se faisaient en pleine ville. Comme les EXO-RACES sont faites pour promouvoir les exosquelettes auprès du public, il faut que la compétition ait lieu le plus près de lui, donc dans la ville.

L’EXO-RACER est donc une combinaison technique qui devrait permettre à des fabricants d’exosquelettes de mettre en avant leur technologie et leurs performances. Loin d’être l’armure d’Iron Man, l’EXO-RACER est un concentré technologique qui permet d’amplifier la force humaine pour aller un peu plus loin que ne le feraient des athlètes de haut-niveau.

D’ailleurs, tous les mouvements du corps ne seront pas possibles, car il s’agit d’une machine de compétition et non d’un exosquelette entièrement fonctionnel.

J’ai présenté tout le concept des EXO-RACES lors de mon diplôme en octobre 2010, avec une forme assez basique de l’EXO-RACER. Depuis, je l’ai refait tel que sur les images, mais je n’en suis pas encore satisfait. L’EXO-RACER est trop en position « voiture » et l’image ne montre pas tout son potentiel. J’ai donc décidé de m’y mettre vraiment et d’aller plus loin dans la conception 3D. Je suis donc en train de faire une véritable étude cinématique pour parfaire la forme, et je voudrais aussi présenter par des roughs (ou esquisses), tout l’univers qui serait autour de lui en ville, dans les stands. Bref, j’ai un peu de boulot mais ça me passionne.

Exo-Racers des robots exosquelettes rapides

Reste un point : la technique. Pour la partie énergie, l’EXO-RACER dispose d’une mini pile à combustible, et des moteurs brushless ultra-performants au niveau des articulations. « C’est sur ce point que j’extrapole un peu, confie-t-il, car ce ne sont que des principes, et je ne pourrai pas les quantifier en détail. Mais il faut bien rêver un peu… »

En effet, Yannick nous laisse rêveurs face à ses images de bolides du futur, qui seront certainement pilotés un jour par les générations à venir.

A noter que tout le concept des EXO-RACES ainsi que le modèle de l’EXO-RACER sont déposés à l’INPI.


Laisser un commentaire