ExoPush, le nouvel exosquelette de chantier de RB3D dévoilé à InnoRobo 2016

L'exosquelette d'étalage bitume ExoPush au salon innoRobo

RB3D, désormais connue et reconnue pour son exosquelette Hercule, mis au point dans le cadre d’un programme de développement militaire de la Direction Générale de l’Armement, a dévoilé son tout dernier modèle d’exosquelette au salon InnoRobo. Présentation.

Malgré un « bon accueil« , le projet Hercule, aussi impressionnant soit-il et comme de nombreux projets militaires, a débouché sur « une machine complexe, lourde et coûteuse » explique Serge Grygorowicz, fondateur et PDG de la société. Un prix prohibitif qui empêche la commercialisation du produit dans le domaine civil. L’armée française n’étant pas aussi demandeuse que l’U.S Army, RB3D ne peut pas se contenter de ses commandes pour être viable et grandir. Ainsi, en plus de ses co-bots d’assistance, la startup a développé un second exosquelette. Plus léger et plus manipulable que son prédécesseur, l’ExoPush est un exosquelette libre que l’on endosse comme un baudrier. Il suffit d’y glisser ses jambes et le tour est joué. Il pèse actuellement 19 kg, contre 30 kg pour Hercule, mais devrait n’en peser que 15 à sa sortie, prévue à la fin de l’année. Auto-porté, il ne demande aucun effort à son utilisateur tout en lui facilitant la tâche.

Le nouvel exosquelette léger de RB3D pour les chantiers

La structure de la machine, si on peut encore l’appeler ainsi, a été entièrement remise à plat. Le design imposant d’Hercule lui faisant défaut, ExoPush a subi une cure d’amaigrissement. « L’anthropomorphisme [du modèle Hercule], très intéressant pour les activités universelles, devient en réalité pénalisant sur des tâches très précises« . Optimiser les tâches précises, c’est tout ce que demande le monde professionnel qui n’a qu’une envie : automatiser les tâches répétitives comme c’est déjà le cas dans le domaine de la logistique avec les Kiva d’Amazon ou Soly de Solystic, que l’on a également pu découvrir sur le salon InnoRobo 2016. Mais si de nombreux exosquelettes permettent d’amplifier les efforts verticaux, ExoPush est le premier à être capable d’exercer une force horizontale.

Lancé en 2015, ExoPush est actuellement en phase de robustesse. La partie industrialisation devrait être prise en charge dès septembre par son client Colas, filiale de Bouygues, avec une mise en opération dès la fin de l’année 2016. ExoPush comprend une motorisation au niveau de l’avance du râteau, que l’on retrouve au milieu de l’objet. Il a spécialement été conçu pour l’étalage du bitume, une tâche relativement pénible et fatigante que Colas entend bien faciliter.

A la question : Pourquoi un exosquelette plutôt qu’un robot ? pour remplacer complètement l’Homme dans cette tâche ingrate, le PDG nous répond que « le robot a beaucoup de choses à résoudre pour faire une simple tâche« . L’option de l’exosquelette permet ainsi de concilier rapidement et facilement « la capacité d’analyse et d’équilibre humaine à l’électrification des fonctions où l’Homme peine« .

En somme, ExoPush permet à l’Homme « d’éviter la pénibilité tout en lui amenant une amplification de ses capacités« . Car le vrai défi, c’est de créer une machine unique qui répond à tous les besoins de manière universelle, ou presque. Un tel projet n’a pour le moment que peu d’intérêt, et RB3D en a fait les frais avec Hercule. Car pour être universel, il faut passer par une complexification du modèle de machine tout autant que son alourdissement et qu’une consommation d’énergie plus grande. Ce qui le rend moins mobile, moins pratique et plus coûteux.

L’ExoPush sera donc opérationnel sous peu et saura trouver de nombreuses applications grâce à la technologie développée pour le premier modèle consacré à l’étalage bitume. « Il suffit de faire différents assemblages spécifiques à chaque application » conclut Serge. L’autoroute des possibles est donc grande ouverte et l’avenir nous dira où RB3D emporte son exosquelette.


Laisser un commentaire

  1. domino

    bonsoir , encore une start up ou une usine a gaz , pour toucher des subventions de l'argent public ,
    jeter par les fenêtres ,et s'en mettre plein les poches , et qui n'apporteras rien , a l'aide humaine ,et encore moins au monde médicale,la ou il y en aurais le plus besoins ,