Un exosquelette pour soulager les ouvriers dans leur travail

Les exosquelettes quittent les secteurs médical et militaire pour faire leur entrée dans la vie quotidienne. L’entreprise japonaise Panasonic a annoncé récemment la commercialisation prochaine d’un exosquelette conçu pour assister des ouvriers humains dans la manipulation de charges lourdes.

L’exosquelette, développé en collaboration avec la filiale de Panasonic ActiveLink, permettra de soulever et porter des objets plus facilement et avec un risque de blessures réduit. Selon le porte-parole de Panasonic, Moi Yamanaka, l’entreprise « s’attend à ce que les exosquelettes, ou les combinaisons à assistance électrique, soient largement présents dans la vie des gens d’ici 15 ans. » L’entreprise « s’attend à ce qu’ils soient utilisés pour des tâches qui requièrent une certaine force physique, comme déplacer des objets et effectuer des livraisons, dans les travaux publics, la construction, l’agriculture ou la sylviculture. »

L’exosquelette pèse 5 kilogrammes et permet de soulever 15 kilogrammes de charge utile supplémentaire. Il possède des attaches au niveau du dos, des cuisses et des pieds. Il fonctionne grâce à un moteur léger en fibres de carbone. Des capteurs activent le moteur lorsque l’utilisateur soulève ou porte un objet. Panasonic est actuellement en train de concevoir une version plus massive de l’exosquelette capable de soulever jusqu’à 100 kilos.

L'exosquelette industriel de Panasonic

L’utilisation d’exosquelettes dans le domaine industriel n’est cependant pas une nouveauté. Le constructeur automobile allemand BMW avait déjà équipé ses ouvriers d’une orthèse imprimée en 3D leur permettant d’effectuer des tâches répétitives. L’entreprise Audi teste en ce moment un appareil appelé Noonee qui fournit un support du dos aux ouvriers devant s’accroupir régulièrement.

Du côté des constructeurs, l’entreprise japonaise Cyberdyne commercialise déjà des exosquelettes pour les hopitaux et le secteur industriel. Ces exosquelettes utilisent les signaux nerveux de l’utilisateur pour détecter le mouvement désiré et assister l’opérateur. Cyberdyne a récemment signé un accord avec l’entreprise Omron pour développer une technologie fonctionnelle pour une utilisation en usine. L’entreprise américaine US Bionics développe actuellement deux exosquelettes en vue de les commercialiser. Le premier est conçu pour la réhabilitation médicale et le deuxième est destiné à un usage industriel. Celui-ci sera plus léger, moins cher et plus flexible que le modèle médical. En France, la société RB3D commercialise l’Hercule V3 pour la manipulation de charges et d’outils et BA Systèmes développe ROBO-K, un dispositif pour aider les patients dans la rééducation de la marche.


Laisser un commentaire

  1. Blaco

    Il serai pas plutôt plus malin de carrément mécaniser ce genre de travaille et se résigner enfin à ce fait : le système capitalsitique est mort les robot feront 90% des activité des hommes d'ici 100 ans ! Même le dernier journaleux à la botte des puissant sera facilement remplaçable par n'importe quel algorithme bon marché.

    On est en 2015 est on découvre des exoplanète potentiellement habitable à l'autre bout de la galaxie ! Croyez moi 10 milliards cerveaux carburant à plein régime pour trouver une solution à ce problème de distance intersidérale qui semble infranchissable ne sont pas de trop !

    Donc soulageons plutôt le genre humain des ces activité ingrate qui bousille corps et esprit.

  2. Abel Abelson

    "Soulager" les ouvriers, sérieusement, quelle blague.