Fly-n-Sense racheté par le groupe français VivaSanté

La jeune société bordelaise Fly-n-Sense est spécialisée dans les mini-drones autonomes et multi-missions depuis 2008. Ses clients sont la SNCF, EDF ou encore les pompiers des Landes. Après avoir levé 1 million d’euros l’an dernier, Fly-n-Sense constitue une véritable opportunité pour le groupe VivaSanté qui souhaite diversifié ses activités. En prenant part majoritairement au capital, VivaSanté entend peser sur le marché naissant des drones civils.

Cette prise de participation « illustre la stratégie du groupe VivaSanté visant à investir dans des entreprises industrielles innovantes, positionnées sur des marchés à fort potentiel de croissance », explique le communiqué. Avec ses 11 salariés, sa connaissance approfondie des sytèmes et capteurs embarqués, et des partenariats avec de grands industriels, Fly-n-Sense fait figure de pépite dans le paysage français de la robotique.

Le marché des drones civils est loin d’être arrivé à maturité : en 2013 il est évalué à 93 millions d’euros, soit 50% de croissance par rapport à 2012. Selon les estimations d’Emmanuel de Maistre, le président de la Fédération professionnelle du drone civil, devrait atteindre plusieurs centaines de millions d’euros en France à moyen terme. « 300 millions d’euros d’ici quatre à cinq ans », espère Guirec Le Lous, membre du directoire de VivaSanté.

Fly-n-Sense est basée dans la Z.A. de Bordeaux Technowest et bénficie du soutien du cluster aquitain Aetos, dédié aux drones. Elle a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 200.000 euros.

En y prenant part, VivaSanté s’est fixée un objectif ambitieux : atteindre les 3 millions d’euros de chiffre d’affaires d’ici 2015 et les 200 millions dans une décennie. Le groupe familial connu du grand public pour ses marques Mercurochrome, Juvamine, Urgo, ou encore Humex, et des professionnels pour ses pansements de haute technologie, étudiait depuis deux ans les possibilités de diversifier ses activités. Elle ne compte pas s’arrêter là : « Nous investirons dans d’autres entreprises en fonction des besoins de Fly-n-Sense », concède Guirec Le Lous, membre du directoire de VivaSanté.

La bataille des drones ne fait que commencer : Parrot prépare un drone pour le secteur agricole et le grenoblois Delta Drone autre acteur français qui pèse dans le secteur des drones a levé près de 4 millions d’euros fin 2013.


Laisser un commentaire