Chris Urmson, le cerveau du projet Google Car claque définitivement la porte

L'ex CTO du Google Car project

Sept ans après avoir rejoint la division Self-Driving Cars de Google, cet ingénieur roboticien formé dans les rangs de la prestigieuse Carnegie Mellon a claqué la porte.

Est-ce le signe d’un projet arrivé à maturité ou bien plutôt celui d’un désaccord de fond entre Chris Urmson et sa direction ? La question reste entière, malgré quelques petits indices…

Repéré par Google au cours d’un concours de sécurité automobile organisé par la DARPA, Urmson avait pris la tête de la section technologie du projet Google Car en 2013, succédant au chercheur de Stanford Sebastian Thrun, lui-même fondateur du très secret laboratoire Google X. Si l’on se réfère à son profil LinkedIn, l’ingénieur est un expert dans de multiples domaines, à commencer par le machine learning, la robotique, les algorithmes et l’intelligence artificielle, quatre éléments clés de la révolution automobile qui se joue sous nos yeux.

Selon l’enquête du New York Times, qui a pu avoir confirmation de ce départ via un email de Johnny Luu, porte-parole d’Alphabet, la démission d’Urmson intervient seulement un an après que la direction ait engagé les services de John Krafcik, ancien patron de Hyundai America.

Le quotidien New Yorkais souligne par ailleurs que la R&D de la multinationale est de plus en plus sous pression, du fait des actionnaires, inquiets de voir leurs investissements revenir un jour dans leurs poches. C’est la raison pour laquelle Google avait créé une maison-mère distincte, Alphabet, pour bien faire la distinction entre les différentes activités du groupe.

Le but affiché par Larry Page à l’époque était d’alléger Google : « les entreprises éloignées de nos principaux produits Internet seront désormais regroupées dans Alphabet ». C’est à dire ses activités santé comme Google Verily (anciennement Google Life Sciences) ou bien Calico. Objectif : faciliter la gestion des activités et rassurer les investisseurs en partageant explicitement les parts du gâteau.

Le prototype de google car au salon viva tech

Il y a tout juste deux jours, Chris Urmson a publié un texte sur medium.com, au cours duquel il revient sur ses accomplissements et explique les raisons de son départ inattendu. « Nous avons appris bien des leçons sur la nature humaine [inattentive par essence] et avons donc pris la décision de développer une voiture qui débarrasse complètement le passager du fardeau de la conduite » souligne-t-il pour justifier le passage d’une voiture semi-autonome à une voiture sans volant ni pédales.

« Maintenant, 1,8 millions de kilomètres plus tard, j’ai décidé qu’il était venu le temps de quitter le navire et de partir à la découverte d’une nouvelle aventure. Aujourd’hui, c’est mon dernier jour en tant que CTO du projet. Après avoir appris à nos voitures ce qu’il aura fallu 150 ans pour apprendre à l’Homme, et être passé de la recherche fondamentale au développement de produit, j’espère que les gens seront en mesure, un jour, d’en profiter. Je suis prêt pour relever un nouveau défi« .

Un départ de plus pour le projet Google Car. En mai dernier, un groupe d’anciens de Google, emmenés par Anthony Levandowski, ingénieur sur la voiture autonome et Lior Ron, ex-patron de Google Maps, sont partis fonder leur propre entreprise de camions autonomes avec la start-up Otto. Malgré un total de 3 041 923 km parcourus (tous modes confondus) par sa flotte de 58 véhicules en 7 ans, la date de sortie d’un véhicule autonome signé Google n’a toujours pas été envisagée. Ajoutez à cela le premier véritable accident d’une google car, en mars dernier, et vous obtenez un climat pour le moins délétère. Il ne reste plus qu’à espérer que ces départs en série sont le signe d’un projet en fin de course plutôt qu’en déclin.

En ce qui concerne Urmson, rejoindra-t-il l’université qui l’a formé et dans laquelle il a commencé sa carrière d’enseignant chercheur ? Où profitera t-il de son expérience à la tête de l’un des laboratoires de recherche sur la voiture autonome sans doute les plus avancés, pour se lancer dans un nouveau projet individuel ?


Laisser un commentaire

  1. Anticipation

    Franchement, est-ce que Google croit malgré toute sa puissance financière quelle va venir chatouiller les industriels du secteur automobile ? Ce n'est pas du tout le même monde, d'un coté de jeunes geek contre un esprit bien différent et/ au rapport physique...