Google dévoile de nouveaux outils pour le traitement des spams

Google dévoile de nouveaux outils pour le traitement des spams

L’équipe de Gmail, le service de messagerie de Google, a annoncé plusieurs mises à jours de leur services. A côté de la sortie de leur boite à outils Gmail Postmaster Tools, qui offre aux entreprises des fonctions pour récolter des données sur leurs échanges mails, l’équipe a également annoncé trois mises à jour de taille pour leur service de messagerie.

Le service mail de Google était depuis toujours prêt à apprendre de ses erreurs, et en lui indiquant un mail à considérer comme spam ou au contraire comme mail désiré, il était possible de personnaliser sa boite et de réduire le nombre de mails non-voulus. De plus, les signalements de mails ne se limitaient pas à une seul boite mail, mais rendait tout le système plus à même d’identifier les mails à classer comme spams et les autres. Google a décidé d’inclure à leur service de messagerie l’intelligence qu’ils ont utilisée pour leur moteur de recherche afin d’améliorer leur filtre à pourriels.

La première nouvelle, de taille, est l’emploi d’un réseau neuronal artificiel pour la détection des spams. Au-delà de leur capacité à détecter les spams de façon plus précise, ces réseaux ont la capacité à apprendre par eux-mêmes. Ainsi, en signalant un mail comme étant un spam, le réseau peut apprendre à reconnaitre des mails similaires comme étant des spams.

La deuxième innovation est de reconnaître une individualité à chaque boite de réception. Au lieu d’instaurer un seul modèle, le service de messagerie est maintenant capable de reconnaître et de se souvenir des mails indiqués comme spam et d’agir conformément à ses instructions. Ainsi, une boite mail d’un utilisateur appréciant recevoir des bulletins d’informations ne les classera plus dans les spam, tandis qu’un utilisateur ayant indiqué plusieurs fois ne pas vouloir en recevoir ne les verra plus dans sa boite de réception.

Enfin, Gmail a mis en place un système de détection des usurpations d’identité. Grâce à des signaux qui permettent de vérifier si l’email provient bien de la boite indiquée comme expéditeur, le service de messagerie peut empêcher la réception de mails de hameçonnage.

Cette initiative est naturellement à rapprocher du projet Google Brain qui consiste à mettre en place le plus grand réseau neuronal artificiel au monde. Celui-ci utilise 16 000 processeurs afin de reproduire le plus fidèlement possible un cerveau humain. Ce réseau fonctionne sur le système du deep learning, c’est à dire par le traitement de données sans descriptions. Cette méthode d’apprentissage est similaire à un enfant découvrant le monde autour de lui et identifiant des objets et des concepts par rapprochement. Ainsi, une intelligence artificielle est actuellement capable de reconnaître, par associations de données, certains éléments.


Laisser un commentaire