Google et Movidius s’associent pour mettre le deep learning au coeur de nos smartphones

Vision artificielle

Google vient de choisir Myriad 2 comme plateforme pour le traitement d’images afin d’accélérer l’arrivée d’applications basées sur le machine learning (l’apprentissage automatique) dans nos smartphones.

Après une levée de fonds de 40 M$ en avril 2015, la startup Movidius, leader en vision artificielle de basse consommation en énergie pour les objets connectés, annonce aujourd’hui qu’elle travaille actuellement en collaboration avec Google afin accélérer l’adoption du deep learning (l’apprentissage profond, une branche de l’intelligence artificielle) dans les appareils mobiles. Dans le cadre de cet accord, Google s’engage à utiliser les processeurs graphiques Movidius, ainsi que l’ensemble de la plateforme de développement logiciel de ce dernier. En retour, Google participera à la feuille de route pour le développement de réseaux neuronaux par Movidius. Une collaboration qui avait débuté en 2014 avec l’intégration du processeur Myriad 1 dans le prototype de smartphone Project Tango de Google, et qui se concrétise aujourd’hui.

Représentation 3D depuis un smartphone

Cet accord permet à Google d’intégrer son processeur de calcul neuronal avancé dans la puce graphique de basse consommation de Movidius, dotant ainsi les smartphones d’une nouvelle forme d’intelligence artificielle en local. Le traitement des données se fait hors ligne sur le périphérique lui-même, réduisant ainsi les problèmes de latence. Ceci donnera aux objets la capacité de « comprendre » les images et les sons à une vitesse et une précision incroyables, offrant ainsi une expérience plus personnelle et contextualisée à l’utilisateur.

« Ce que Google a été en mesure de réaliser avec les réseaux neuronaux, nous fournit les briques technologiques d’intelligence artificielle qui établissent les bases de ce que sera technologie dans les 10 prochaines années, et comment celle-ci améliorera la façon dont les gens interagissent avec le monde« , déclare dans un communiqué Blaise Agϋera y Arcas, à la tête du groupe de recherche pour l’intelligence artificielle de Google à Seattle. « En travaillant avec Movidius, nous sommes en mesure d’étendre cette technologie au-delà du data center et dans le monde réel, offrant aux gens les avantages de l’intelligence artificielle dans leurs appareils personnels. »

Google va utiliser la dernière puce graphique de Movidius – la MA2450. Cette carte VPU (Vision Processor Unit) MA2450 est la seule sur le marché à pouvoir effecteur des calculs de réseaux neuronaux sur une surface et une consommation en énergie aussi faibles. On parle d’un processeur qui fait 6,5 mm carrés pour une épaisseur d’1 millimètre et consommant quelques centaines de milliWatts seulement pour des traitement de données de l’ordre de 3 téraflops par seconde. ! A des fins de comparaison, la puce PrimeSense qui est au coeur de la technologie Kinect de Microsoft consomme plus d’ 1 W. Le MA2450 est la dernière génération de processeurs graphiques de la famille Myriad 2, présentant de meilleures performances que le MA2100, annoncé l’année dernière.

Processeur graphique Movidius

« Les progrès technologiques que Google a faites dans le domaine de l’intelligence artificielle et des réseaux neuronaux sont incroyables. Intégrer cette technologie dans les appareils grand public revient à relever le défi de l’efficacité énergétique extrême, et c’est là où est nécessaire une synthèse considérable entre l’architecture matérielle sous-jacente et le calcul neuronal« , déclare Rémi El-Ouazzane, Directeur Général et co-fondateur de Movidius. « La mission de Movidius est d’apporter l’intelligence visuelle aux appareils afin qu’ils puissent comprendre le monde d’une manière plus naturelle. Ce partenariat avec Google va nous permettre d’accélérer cette vision d’une façon tangible« .

Avec cette annonce, la représentation en 3D en temps réel à partir de nos smartphones n’a jamais été aussi proche. Bien évidemment, au-delà des smartphones, ce sont tous les appareils qui gravitent autour de nous qui vont pouvoir en bénéficier : drones, robots, casque de réalité virtuelle, voitures connectées, wearables


Laisser un commentaire