Project Bloks : Google veut donner les clés de la programmation à tous les enfants

Avec le Project Bloks, lancé en 2013 par des chercheurs du Google Creative Lab, le géant du web entend donner à tous les enfants les moyens concrets pour apprendre à coder.

Programmeur, un métier d’avenir

Les grandes entreprises du web ont toutes un point commun : elles cherchent toujours plus de développeurs et programmeurs de talent. A cette quête de talent, tous semblent apporter la même réponse. Quitte à dénicher les meilleurs talents, autant les créer.

Aussi, les programmes d’initiation à la robotique se multiplient. Et les sociétés privées ne sont pas les seuls. Les pouvoirs publics aussi prennent peu à peu conscience de l’enjeu. Au festival Futur en Seine et au salon Maker Faire, des ateliers d’initiation à la programmation sont organisés chaque année. Pour le privé comme le public, le dénichage de graines de programmeurs représente un enjeu majeur. Pour les uns, il s’agit de trouver des grands esprits pour développer son entreprise, pour les autres il s’agit justement de satisfaire cette demande en pleine explosion pour lutter contre le chômage et favoriser le développement économique du pays. En 2013, à l’occasion de la Computer Science Week, le président des Etats-Unis avait lui-même insisté sur l’importance de l’informatique avec sa phrase mémorable : « Ne vous contentez pas de jouer avec votre téléphone, programmez-le« . Une façon d’appuyer les propos des pontes de la Silicon Valley pour qui le code est une priorité. Mark Zuckerberg, Bill Gates et Jeff Bezos s’étaient d’ailleurs réunis en 2015 pour fonder la Code Academy, un centre d’apprentissage ouvert à tous.

Pour ce qui est des compagnies privées, certains vont jusqu’à développer du hardware pour matérialiser les théories de programmation, comme Makeblock avec son robot Codeybot, la box de Robobox qui vous permet de recevoir tous les mois des pièces supplémentaires pour pousser son initiation, ou encore Root, le petit robot du Wyss Institute de Harvard qui cherche à intégrer directement les salles de classes. Ce ne sont que quelques exemples d’une liste désormais très longue de produits destinés à l’enseignement du code informatique.

Google vous simplifie la vie

Pour la partie software, c’est à dire logiciel, beaucoup de progrès ont également été faits pour rendre accessible les différents langages de programmation. Les développeurs de plate-formes de programmation optent de plus en plus pour des systèmes très visuels, et particulièrement minimalistes. Le mouvement open-source a largement contribué à la popularisation de la discipline. C’est d’ailleurs le Media Lab du MIT qui est à l’origine de l’un des tous premiers langages simplifiés pour les enfants : Scratch. Les Arduino et Makeblock ont également beaucoup aidé à démocratiser l’informatique.

Début 2016, le géant de Mountain View avait déjà lancé mBlockly, un outil qui permet de visualiser facilement son code informatique grâce à des cubes et des couleurs. Il est compatible avec une multitude de langages comme Python, Scratch, Javascript… Il s’agissait déjà d’un premier pas dans la simplification du code informatique. Mais Google ne compte pas s’arrêter là.

Un autre laboratoire de Google s’est activé à développer le projet Bloks. Dans un papier signé par des chercheurs de Google, de l’Université de Chiang Mai et de Stanford mais aussi de l’agence IDEO, la programmation est présentée comme une compétence non seulement recherchée mais nécessaire : « plus qu’une compétence professionnelle, c’est une nouvelle forme de lettrisme du XXIe siècle« . Une déclaration qui fait curieusement écho aux propos de Steve Jobs qui n’hésitait pas à affirmer que « Tout le monde devrait apprendre à coder, car cela apprend aussi à penser« .

Selon eux, le code informatique arrive à son apogée. Cette popularisaition est d’abord, le fruit des efforts consenti dans le secteur public comme le privé. Ensuite, cette popularité désormais acquise a amené à la création de nouveaux laboratoires de recherche, de nouvelles entreprises et de professeurs. D’autre part, l’expansion des plate-formes de crowdsourcing a donné à ces différents groupes les clés pour donner vie à leur idées. Puis, les avancées technologiques comme les communications sans fil, le prototypage rapide et tout un tas de micro contrôleurs et mini-processeurs ont également accompagné ce mouvement. Pour finir, l’essor de l’internet des objets est venu parachever ce processus de popularisation, puisque désormais les programmeurs peuvent parler à un nombre toujours plus grand d’objets.

google-blocks-code-2016-2

google-blocks-code-2016-4

Le Project Bloks

Pour assurer l’avenir de la jeunesse, Google a conçu un objet modulable composé de trois types d’éléments : Pucks, Base Boards et Brain Boards. Le but ? Débarrasser les développeurs et designers de la contrainte de la conception technique du matériel pour laisser libre court à leur esprit d’innovation et ainsi créer de nouvelles applications pour les enfants.

Les Pucks sont des briques individuelles qui offrent des fonctionnalités uniques comme un bouton on/off, une flèche lumineuses, un signal sonore etc… Ils sont faits pour être faciles à prendre en main et particulièrement abordables puisqu’ils peuvent être fabriqués dans n’importe quelle matière. Il suffit de reproduire la signature qui correspond à une fonction avec de l’encre inductive. Ce sont eux qui définissent les différentes actions de l’objet.

Ces petites briques peuvent être ensuite associées à une Base Board qui se charge de lire les différentes instructions données aux Pucks. C’est ensuite à la Brain Board (la breadboard) d’harmoniser le tout en assurant l’alimentation et la connectivité avec la plate-forme de programmation. Elle est conçue à partie d’une Raspberry Pi Zero.

Ainsi il donne des outils concrets aux enfants pour matérialiser leur code en temps réel.

Plus d’informations sur le project Google Blocs, à lire ici


Laisser un commentaire