Hector : Un robot insecte libre de ses mouvements

Voici Hector. Sous ce nom pourrait se cacher un énorme mecha de destruction massive mais ce n’est pas le cas. Non, Hector est un petit robot insecte construit par une équipe de recherche de l’Université de Bielefeld en Allemagne.

Hector est un hexapode autonome cognitif, ses initiales correspondant à Hexapod Cognitive autonomously Operating Robot. A la base, le robot devait servir en mécatronique afin d’étudier les différents modes de déplacement du système. Mais le département de biologie a également trouvé un intérêt à étudier la petite bête tellement le biomimétisme est réussi.

hector-insecte-robot-2

La plupart des robots à six pattes tente de stabiliser leur marche en basant une coordination de leur pattes en trépied. Cependant, l’approche d’Hector est toute autre puisque le robot marcheur s’appuie sur une allure libre, ce qui signifie qu’il contrôle chaque patte de manière indépendante. Il est donc capable de gérer des situations où une partie de ses pattes est confrontée à un type de surface et l’autre à un autre type, par exemple. En utilisant des capteurs placés dans chacune de ses pattes, il peut auto-adapter son allure de manière active en fonction des obstacles à surmonter.

Inspiré du phasme, Hector possède un exosquelette très léger fabriqué à partir de plastique à renfort fibre de carbone. Ses 18 actionneurs passifs lui permettent d’exécuter des mouvements souples tel un vrai insecte herbivore. Le rendu est comparable à celui des muscles qui agissent dans les systèmes biologiques, assure l’enseignant chercheur Dr. Axel Schneider. Il précise cependant, qu’à elle toute seule, l’élasticité d’Hector ne lui permet pas de se déplacer tel qu’on le voit là. Pour cela il a fallu que l’équipe développe un système de contrôle qui coordonne les mouvements des pattes, et ce, même dans les environnements les plus complexes.

Afin de synchroniser sa marche correctement, l’équipe à mis en oeuvre une sorte de comportement réflexe pour tous les sous-systèmes d’Hector, afin qu’ils communiquent simultanément et spontanément entre eux pour éviter qu’il ne se retrouve avec cinq pattes en l’air par exemple. En outre, chaque patte doit être en mesure de réagir en cas d’obstruction ou de collision avec un obstacle. Ce qui permet au biorobot de se comporter comme un vrai insecte et de prendre des décisions sur la meilleure façon d’aborder son environnement.

hector-insecte-robot-3

Hector devrait être prêt d’ici 2017. Pour le moment, le prototype possède déjà deux caméras sur le côté ainsi que deux capteurs tactiles. La prochaine étape du projet sera de placer dans sa tête des capteurs de distance.


Laisser un commentaire