Hyundai dévoile son prototype d’exosquelette Iron Man Suit

Le groupe Panasonic a désormais un nouveau concurrent de l’autre côté de la mer du Japon. Le groupe automobile sud-coréen Hyundai vient de dévoiler un nouveau prototype d’exosquelette sobrement inspiré de l’armure d’Iron Man.

Initialement développés dans un cadre militaire, comme pour l’ExoSuit bio-inspiré de la DARPA, les premiers exosquelettes ont été conçus dans un premier temps pour augmenter les capacités naturelles des soldats, avant d’envisager un usage médical pour aider les personnes dépendantes ou handicapées à marcher comme tout le monde, pour enfin débarquer dans le domaine de l’entreprise. C’est en tout cas l’ambition des constructeur, de plus en plus nombreux, notamment dans l’automobile et le BTP.

Car l’exosquelette, non content de nous réparer, entend bien nous augmenter. L’idée, c’est évidemment d’accroître notre rythme de production et de rendement, en facilitant l’exécution des tâches les plus répétitives et pénibles. L’idée, c’est également de dépasser nos limites physiques, et pourquoi pas de porter des charges jusque là réservées uniquement aux machines-outil, voire des engins. N’en déplaise à certains, la robotique pourrait bel et bien soutenir nos emplois. Avec ce nouveau type d’outil, c’est en tout cas une possibilité à ne pas négliger. Car l’exosquelette pourrait s’introduire dans notre quotidien sous différentes formes et remplir des missions variées, professionnelles ou non.

Dans le sillage de son modèle H-LEX, Hyundai prolonge la gamme de produits innovants de son programme Next Mobility, qui ambitionne d’anticiper le futur de la mobilité pour permettre le « libre mouvement des choses et des gens« . Ce prototype déjà bien avancé et inspiré d’Iron Man -de l’aveu même du sud-coréen- devrait être capable de porter jusqu’à 100 kg et pourrait servir aussi bien sur le lieu de travail pour prévenir ou palier les blessures à la hanche et aux genoux, que dans le militaire, pour que les soldats se déplacent plus rapidement, ou encore dans le médical, pour les paraplégiques ou les personnes âgées, et enfin dans le cadre de la rééducation.

Mais les asiatiques ne sont pas seuls sur ce terrain. Ekso Bionics, qui avait révélé son exosquelette pour personne handicapées dans une vidéo est aussi de la partie. De la même manière que BMW, Audi ou bien le MIT, de nombreux grands groupes et universités se lancent dans la course à l’exosquelette, que ce soit pour améliorer les capacité de leurs propres employés ou pour les commercialiser et envisager de multiples usages.

Présentation en images :


Laisser un commentaire

  1. Anticipation

    Tant que les robots ne sont pas là pour remplacer les humains, le problème est-là, si la fabrication de robot est uniquement dans le but de faire du profit en prenant la place des humains, tôt ou tard le serpent qui se mordra la queue...