Il faut appeler le soldat tueur de drones !

Le gouvernement a autorisé le tir à balle réelle sur tout drone survolant une centrale EDF. Faudrait peut-être faire appel au chasseur américain de Dear Trail qui en a après les drones !

D’après l’AFP, les gendarmes ont reçu l’autorisation d’ouvrir le feu sur tout drone survolant de trop près les centrales nucléaires en France. Le gouvernement est dans le flou total et est prêt à tout pour trouver les pilotes de ces appareils.

Pour lutter contre la vague de drones survolant les centrales nucléaires, les pelotons spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG) auront le droit de tirer sur ces engins sans pilote, révèle Le Parisien ce dimanche. Toutefois, le survol organisé et simultané « ne présente pas forcément de danger. Donc il n’y a pas eu spécifiquement d’ordre de tirer sur ces drones-ci », a précisé un conseiller de Matignon ce dimanche.

Depuis le 5 octobre, 14 centrales nucléaires ont été survolées par des drones, sans que l’on sache qui les pilote. Les gendarmes pourront donc utiliser leurs fusils à pompe pour les neutraliser, mais les tirs restent prohibés en direction de l’îlot nucléaire et au-dessus du site dit conventionnel, précise le quotidien.

Cette décision a été prise après une réunion qui s’est déroulée au ministère de l’Intérieur, le vendredi 31 octobre, où EDF aurait mis la pression sur les politiques.

Le Secrétariat général à la défense et à la sécurité nationales (SGDSN), qui dépend du Premier ministre, a assuré que le gouvernement « mobilise » tous les moyens pour « identifier les responsables ». Mais pour l’instant, aucune piste sur l’éventuelle organisation qui se cache derrière ces mystérieuses manoeuvres aériennes.


Laisser un commentaire

  1. zelectron

    un hélico (presque) prêt au départ munis d'un filet de pêche peut attraper un drone sans coup férir et avec un minimum de dégâts pour en savoir plus sur le ou les joueurs