Intel et Qualcomm veulent donner le sens de la vue aux smartphones et aux drones

La semaine dernière, Brian Krzanich, le PDG d’Intel, a présenté le projet Tango, sur lequel l’entreprise travaille en partenariat avec Google. Le projet a pour but d’équiper les téléphones Android avec un système de vision numérique et de perception de la profondeur. Toutefois, Intel s’est fait dépasser par l’entreprise Qualcomm qui a présenté il y a quelques mois son système de détection de la profondeur, installé sur les téléphones équipés des processeurs mobile Snapdragon de l’entreprise.

Intel essaye depuis des années de généraliser l’implémentation de la vision numérique sur ordinateur. Le projet, originellement appelé Perceptual Computing (informatique perceptive) a été rebaptisé RealSense. Le kit, fourni aux constructeurs d’ordinateur, comprend des outils de développement logiciel ainsi que qu’une caméra 3D pour donner des sens aux ordinateurs. Grâce à RealSense, l’ordinateur devient capable de créer des modélisations du monde extérieur en 3D et de percevoir des choses comme la profondeur. Le système d’exploitation Windows 10 utilise une fonction intitulée Windows Hello qui permet à l’utilisateur de débloquer son ordinateur par reconnaissance faciale.

Mais l’intérêt d’une vision numérique sur ordinateur est limité. En effet, un ordinateur n’a pas pour fonction d’être baladé, et un programme de mapping 3D ne sert pas à grand chose lorsque la caméra ne voit que la même pièce. Selon l’un des principaux analystes de l’entreprise Tirias Research, spécialisée dans l’étude des marchés haute-technologie, « l’ordinateur n’est simplement plus une plateforme intéressante maintenant. Il est compliqué de redéfinir l’ordinateur pour de nouvelles applications. » Selon le vice-président de Qualcomm, Raj Talluri, « il y a simplement plus d’utilisations possibles pour la perception de la profondeur sur un appareil portable. Et il y a tellement plus de téléphones que d’ordinateurs actuellement. »

C’est ici que Qualcomm possède un atout de taille. Étant l’un des principaux fournisseurs de composants pour téléphones portables, l’entreprise possède une certaine avance sur Intel. De plus, Intel concentre sa recherche principalement sur le développement logiciel, en utilisant RealSense avec ses puces processeurs standard, tandis que Qualcomm a mis au point des puces spécialement pour le traitement des images : des processeurs de signaux numériques et des processeurs de signal d’image. Selon Raj Talluri, « pour faire du traitement d’image, il faut des puces basse consommation et haute performance, ce que nous faisons pour les téléphones. Ce ne sont pas des processeurs PC. »

Qualcomm espère pouvoir installer ses circuits Snapdragon sur des drones dans un futur proche. Ceci permettrait aux constructeurs de drones de ne plus avoir à acheter les composants nécessaires à la production à différents vendeurs, mais d’avoir une puce qui réunit les fonctions de processeur, de contrôle du mouvement, d’encodeur vidéo, de WiFi, de GPS, etc. Intel n’est toutefois pas en reste dans ce secteur, puisque l’entreprise travaille avec le constructeur de drones allemand Ascending Technologies sur un système d’évitement des collisions.


Laisser un commentaire