L’industrie du robot embauche

La Robotic Industries Association (RIA) vient d’annoncer dans un livre blanc que près de 2 millions d’emplois manufacturiers resteront inoccupés aux Etats-Unis au cours des dix prochaines années. En cause ? Un manque éloquent de travailleurs qualifiés.

Nombreux sont ceux qui pensent que la robotique tue des emplois. Pourtant, du développeur au fabricant de robots en passant par l’intégrateur, les métiers sont nombreux. Le hic se nomme la compétence. En effet, selon le livre blanc publié récemment par la RIA, 80% des fabricants signalent une pénurie de candidats qualifiés pour des postes de production sur le sol américain. Outre-Atlantique, cette pénurie pourrait coûter aux fabricants 11% de leurs gains annuels. Colossal.

Robot-industrie-emploi-1

Pire, selon une récente étude du cabinet Deloitte, l’écart entre les compétences sera exacerbé ces dix prochaines années dans ce secteur, en raison des 2,7 millions d’employés de la génération baby-boom qui s’apprêtent à prendre tour à tour leur retraite… « Cet écart entre les compétences est l’affaire numéro un de l’industrie. Il menace la capacité de l’industrie manufacturière américaine vis-à-vis de la concurrence à l’échelle mondiale », s’inquiète Jeff Burnstein, le président de l’A3 (Association for Advancing Automation). En 2011 déjà, toujours selon Deloitte, 600 000 emplois étaient vacants aux Etats-Unis.

L’Europe se penche sur la réglementation des robots

Dans cette quête cruciale de compétitivité, les compétences recherchées sont légion. Elles comprennent pêle-mêle : la vision par ordinateur, la conception d’algorithme, la robotique, les systèmes de vision, le contrôle des mouvements, la conception de robots, l’expertise en sécurité, les développeurs d’applications, la conception d’interaction homme-machine, les contrôles PLC, la mécatronique ou encore le réseautage et l’intégration.

Robot-industrie-emploi-2

Ailleurs, des pays comme la Chine et le Japon ont déjà beaucoup investi dans l’automatisation pour stimuler la productivité, à mesure que leur population en âge de travailler se retire. Du côté de l’Europe, le Parlement est actuellement en train de se pencher sur la réglementation des robots, une première étape vers une loi européenne. En termes de robotique industrielle, l’Allemagne est en avance sur l’ensemble de l’Europe et se situe au 4ème rang mondial, juste derrière la Corée, le Japon et Singapour. Selon la Fédération internationale de robotique (IFR), il y a 301 robots industriels pour chaque 10 000 employés en Allemagne. Mais pour l’heure, les euro-députés craignent malgré tout que l’utilisation démocratisée des robots ait des conséquences dramatiques sur le marché du travail.

La robotique tue-t-elle l’emploi ? L’éternel débat.

En effet, selon une étude, régulièrement citée depuis sa publication, par deux chercheurs du Massachussetts Institute of Technology (MIT) et de la Boston University, les robots seraient responsables de la disparition nette de 670 000 postes entre 1993 et 2007 aux Etats-Unis. L’introduction d’un robot pour 1000 salariés détruirait 5 à 6 postes. La création d’emplois liés à la robotisation n’arriverait donc pas à compenser la perte qui survient lorsque des postes d’ouvriers sont supprimés. Le gain de productivité se trouverait ainsi essentiellement dans la suppression de main-d’oeuvre. Mais selon Jeff Burnstein d’A3, il est important d’examiner les deux côtés de l’équation. Les robots sont en effet entrés dans une phase de développement très rapide, et les usines s’équipent bien plus vite que les ouvriers ne passent de diplômes. Mais du fait de la pénurie, les employés embauchés bénéficient bien souvent d’un bon salaire.

Du côté de la France, à l’aube d’une nouvelle présidence, la question se pose également. Benoît Hamon préconise notamment une «taxe robot», en accord avec un rapport de la Commission Européenne. Mais le débat reste entier. Faut-il être inquiet ? Il est certain que la robotique va modifier le paysage de l’emploi. Certes, elle tuera des métiers (nuance), comme le firent en leur temps, la voiture ou les imprimeries. Mais d’autres vont émerger au fur et à mesure de l’avancée technologique. Tout est une question de temps. Comme toujours.

Télécharger le livre blanc de la RIA


Laisser un commentaire

  1. Ricardo

    Félicitations, l'avenir est en marche, il y-a longtemps que j'attendais le grand Boum de la robotique immergé de partout, je suis né en 1970, et j'ai toujours cru qu'on y arriverai à cette robotique intelligente, mon rêve avec d'autres se réalise, nous voyons immergé toute sorte de robots, et les humanoïdes doté d'une intelligence artificielle qui évolue à vitesse grand V , et qui se débrouille sans homme et qui communique entre eux existe déjà, entre 2019 et 2020 ils envahiront le marché, robots policier, robots serviteur, robots soldat, etc...

    Bravo aux scientifiques qui ont travaillé sans relâche pour nous faire entrer dans un nouveau monde, celui de la science fiction que nous avons connu dans les fims, les portes de ce monde sont à présent ouverte, entrons et poursuivront se grand voyage à la rencontre de notre nouveau Destin...