Ce jeune nigérian a mis au point une intelligence artificielle qui résout les Rubik’s Cube

Une intelligence artificielle qui résout les Rubik's Cube

Bobai Ephraim Kato, un jeune homme nigérian de 24 ans, viens de construire une intelligence artificielle fonctionnelle pour son projet de fin d’études au collège international de Business et Technologie au Sri Lanka. Le jeune homme, bien qu’ayant développé un intérêt pour la programmation et la technologie tôt, désirait au départ devenir médecin. Toutefois, après avoir raté deux fois l’examen d’entrée de l’université Ahmadu Bello (ABU) et avoir été refusé à l’université d’état de Kaduna, il a pu entrer à l’Institut National des Technologies de l’Information (NIIT), un programme qui l’a mené à étudier le développement logiciel au Sri Lanka.

Bobai Ephraim Kato avait déjà travaillé une première fois avec une intelligence artificielle, baptisée « Wine Quality Test » (Test de qualité du vin). Ce programme utilisait l’intelligence artificielle programmée pour déterminer la qualité d’un vin. Lorsque sa promotion a appris que le projet de fin d’études consistait à créer une intelligence artificielle capable de faire des prédictions et de proposer des solutions, le jeune homme ne savait pas quoi faire. Ce n’est qu’après avoir effectué des recherches qu’il a décidé de concevoir un robot capable de résoudre des puzzles.

Bobai Ephraim Kato lors de la construction de son robot

L’étudiant ingénieur a donc personnellement développé et écrit l’algorithme qui permet au robot de résoudre un Rubik’s Cube en quelques minutes, un exploit que le jeune homme reconnaît n’avoir jamais réussi à accomplir. Toutefois, le voyage n’a pas été de tout robots. Bobai Ephraim Kato a déclaré : « Mes 5 premiers essais ont été des échecs. Le robot répétait la même erreur de scannage. Tout ce que je pouvais faire c’était prier. Je ne savais pas quoi refaire. J’étais confus et agité. J’ai continué à retravailler et finalement, ça a marché. Lors de cette phase, le robot n’était pas encore assez intelligent et j’ai dû l’entraîner à résoudre plusieurs puzzles pour acquérir plusieurs compétences à enregistrer dans la base de données. »

Le jeune homme a passé deux nuits à construire le robot, en particulier sur la carte mémoire sur laquelle il a installé le logiciel servant de cerveau au robot. Une semaine avant le rendu du projet, le robot n’était toujours pas fonctionnel. Il aura fallu six essais au robot pour réussir et quelques jours pour augmenter son Q.I. Bobai Ephraim Kato compte, une fois diplômé, retourner au Nigéria, où il espère travailler dans le domaine de la cybersécurité, de médecine légale informatique et des enquêtes numériques.

Le robot à Rubik's Cube démonté


Laisser un commentaire

  1. simonviollet

    il trouvera sans problème une place dans la médecine légale au Nigéria,avec le nombre de crimes commis quotidiennement par boko haram il y a sûrement de quoi faire

  2. Africain désabusé

    Ce qui est exceptionnel, c'est pas le projet en lui même, mais les conditions de l'élaboration du robot. Et puis, c'est cool que de temps en temps on montre que les habitants de mon continent ne sont pas tous des idiots...

  3. carambouille

    Il y en a déjà des dizaines des robots mindstorms qui solvent des rubiks en quelques minutes, pourquoi est-ce si exceptionnel ? Parce qu'il est noir ? Bizarre votre raisonnement. Je vois pas l'intérêt de mettre cette news en avant.