Et iRobot se lança dans la course aux robots tondeuses

Après les aspirateurs et les nettoyeurs de piscines, la société de robots à tout faire obtient un brevet pour sa future tondeuse probablement appelée Terra.

iRobot et la reconversion vers le grand public

En robotique comme pour beaucoup de technologies, la recherche et le développement provient souvent du domaine militaire. Comme pour l’internet en son temps, les inventions des agences de recherche gouvernementales, parmi lesquelles la DARPA, l’ONL, la NASA et consorts, naissent pour la plupart d’initiatives militaires avant d’intégrer à un moment ou un autre le marché civil puis celui de la grande consommation qui marque la consécration d’une technologie. La société américaine iRobot basée à Bedford dans la Massachussets l’a bien compris.

Initialement tournée vers le marché militaire, la compagnie a progressivement tourné la barre pour mettre le cap sur celui de la grande consommation. Ce revirement stratégique lui a valu de devenir le leader mondial de la robotique domestique. Désormais valorisée à 716 millions de dollars à la bourse Nasdaq, le fabricant de robots de maison a acté sa stratégie de grande consommation en vendant sa branche Défense & Sécurité pour 45 millions de dollars en février, une vente justifiée comme suit : « après délibérations, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il fallait vendre notre branche à Arlington Capital Partners pour maximiser nos dividendes et nous permettre de nous concentrer sur le segment du domicile« . Une décision très bien accueillie par ses actionnaires puisque le marché de la robotique personnelle a grimpé de 28% en 2014 avec plus de 4,7 millions d’unités vendues.

Pour accompagner sa stratégie de reconversion vers les produits de consommation, l’entreprise a même nommé son ex-chef de la division Home Robots, Christian Cerda, comme COO de iRobot. D’après iRobot, l’entreprise aurait vu ses ventes augmenter de 57% sous son égide, avec un chiffre d’affaires passé de $357 millions en 2012 à 560 millions de dollars en 2015. Des ventes notamment expliquées par l’arrivée de ses produits phares sur le marché chinois où la demande explose à mesure qu’une classe moyenne se constitue.

Terra-irobot-tondeuse-2016-1

Autorisation fédérale et brevet déposé

Avec plus de 15 millions d’appareils domestiques vendus depuis sa création, iRobot se positionne comme leader du marché. L’entreprise développe des machines pour faire toutes les corvées quotidiennes à votre place : ménage, lavage des gouttières, nettoyage de la piscine… Le seul segment sur lequel le roboticien ne s’était toujours pas lancé, c’est celui de la tonte autonome.

En 2015, on apprenait que iRobot travaillait sur un modèle de tondeuse par la publication d’une autorisation de la part des autorités de régulation américaines. Car pour produire ses tondeuses, encore fallait-il passer les tests de la Commission Fédérale des Communications (FCC) pour homologuer sa nouvelle technologie d’alimentation. En effet, les appareils de tonte d’iRobot fonctionnent selon une technique entièrement nouvelle qui permet au robot de se repérer grâce à des balises de 61 cm plantées dans le sol. Ainsi il peut quadriller la zone à tondre grâce à une connexion sans-fil. Il fallait donc s’assurer que les transmissions entre les balises et la machine n’empiètent pas sur d’autres systèmes.

La société s’est d’ailleurs engagée dans un bras de fer avec la National Radio Astronomy Observatory (NRAO) qui affirmait que la tondeuse interférerait avec ses ondes radio. Les spectres radio étant de plus en plus denses et surchargés, la préservation d’une portion de celui-ci devient une question de vie ou de mort pour de nombreux business, à tel point que la DARPA a lancé un concours pour distribuer les fréquences plus efficacement grâce aux algorithmes et à l’intelligence artificielle.

Malgré l’opposition du NRAO, iRobot a bel et bien reçu l’approbation de la FCC. Et en avril, l’entreprise a déposé son premier brevet pour son futur produit. Un produit qui pourrait bien s’appeler Terra, si l’on en croit le titre de ce brevet déposé à l’USPTO (US Patent Trademark Office).

En sortant ses machines d’intérieur pour s’attaquer aux jardins, iRobot se pose en sérieux concurrent des acteurs déjà installés comme Husqvarna, Robomow ou bien encore Honda et Bosch.


Laisser un commentaire