Johnson & Johnson stoppe la commercialisation du robot anésthésiste Sedasys

Sedasys le système automatisé de sédation de Johnson & Johnson

Le géant pharmaceutique Johnson & Johnson avait bouleversé le monde de la santé en introduisant les premiers robots anesthésistes dans les hôpitaux. Faute de ventes, la firme américaine a annoncé mettre fin à la commercialisation de ce produit.

Le robot Sedasys (ou Système Personnalisé de Sédation assisté par ordinateur) avait pris la main sur des procédures banales mais non moins risquées et minutieuses : l’anesthésie des patients. Malgré un prix défiant toute concurrence, la vente des Sedasys de Johnson & Johnson peine à rencontrer la demande, pourtant autorisée par la Food and Drug Administration en 2013. Une opération de sédation par Sedasys revient à 200 dollars environ contre 2000 pour un anesthésiste en chair et en os.

Mais face au lobbying de l’American Society of Anesthesiologists, la firme a dû se cantonner aux seules opérations de coloscopie ou d’oesophago-gastro-duodénoscopie. Très vite, le calcul devient beaucoup moins évident pour les hôpitaux. Sa seule mission étant d’administrer du propofol par intraveineuse dans les veines des patients âgés de plus de 18 ans. Son seul avantage étant qu’il peut détecter les signes de sursédation et agir en conséquence. En 2015, seuls quatre hôpitaux américains avaient recours à des Sedasys.

Sedasys medical anesthesis device

Selon un porte-parole d’Ethicon, filiale de Johnson & Johnson qui a supervisé la conception de Sedasys, l’entreprise retire le robot-anesthésiste de la vente pour se concentrer sur d’autres activités. Des activités plus lucratives sans doute, comme le projet de Verb Surgical, une start-up développée en partenariat avec Google. Le but ? Concevoir des robots pour assister les chirurgiens en fournissant des données précises en temps réel, sur l’évolution de l’état du patient notamment.


Laisser un commentaire