La FAA autorise pour la première fois des vols à but commercial

La FAA, l’agence gouvernementale chargée des réglementations et des contrôles concernant l’aviation civile aux États-Unis, vient de donner pour la première fois son accord pour un usage commercial de deux drones américains. Il s’agit du Scan Eagle X200 d’Insitu et du Puma d’AeroVironment.

Avant cette autorisation historique, une entreprise voulant faire voler un UAV dans l’espace aérien américain, devait obtenir de la FAA une certification de navigabilité en cours d’expérimentation. Le seul problème était que cette certification interdit à l’opérateur de faire du business avec son appareil.

Les deux drones qui ont obtenu l’accord de la FAA ne sont pas des drones de combat (on préfère le préciser). Ce sont des UAV de taille moyenne, d’environ 140 cm de long pour 25 kg, conçus pour la reconnaissance et aérienne et les prises de vue.

A partir du mois d’août, une société du secteur de l’énergie utilisera le X200 pour patrouiller au-dessus des côtes de l’Alaska où se trouvent ses exploitations de pétrole. L’entreprise souhaite surveiller les mouvements de la banquise et la migration des baleines autour de ses sites.

Le Puma opérera au-dessus de la mer de Beaufort, qui fait partie de l’océan Arctique, et servira aux équipes de secours en cas d’accident pétrolier (marée noire) et pour observer les espèces animales dans cette région.

Ceci marque donc la première étape du projet de réglementation généralisé des drones aux Etats-Unis, demandé par l’Administration Obama d’ici 2015. Comme explique plus haut, pour l’instant, les UAVs peuvent voler au-dessus des Etats-Unis à deux conditions : obtenir la certification de navigabilité et voler dans un but non lucratif. Mais heureusement que la réglementation n’est pas trop sévère et qu’elle n’empêche pas de nombreux photographes et vidéastes de lancer leurs business grâce aux drones. De plus, cela permettra qu’en 2015, dès que la FAA aura statué, l’industrie du drone soit mûre.


Laisser un commentaire