La poésie des intelligences artificielles

Tandis qu’Elon Musk a lancé le financement de 37 projets afin d’encadrer le développement des intelligences artificielles, Dan Rockmore, le directeur du Neukom Institute for Computational Science, l’institut des sciences numériques de Neukom, à Dartmouth, a lancé un concours afin d’évaluer les capacités d’une IA à rédiger un poème, un roman ou un morceau de dance.

Alors que des IA apprennent à jouer à Mario, ce concours aura pour but de proposer à des équipes de développeurs d’apprendre à leurs IA à écrire un sonnet, un roman ou à composer un morceau de musique. Ces créations seront ensuite présentées à un jury qui ne saura pas quelles créations proviennent d’un humain et lesquelles proviennent d’un robot. D’après Dan Rockmore, depuis toujours, lorsqu’une avancée était faite dans le domaine des IA, les gens déclaraient qu’un robot ne pourrait jamais peindre un coucher de soleil ou écrire un beau poème. La question est : est-ce vraiment le cas ?

L’idée lui est venue lorsque l’instructeur de sa classe de spinning lui a dit avoir choisi les morceaux utilisés sans l’aide d’un logiciel. Le directeur de l’institut s’est ensuite demandé s’il pourrait créer un programme capable de faire la même chose. De là, il n’y avait qu’un pas pour tenter de savoir si un robot pouvait créer une oeuvre dont on ne pourrait savoir si un humain ou une machine l’avait réalisée.

Le concours est une variante du test de Turing, dans lequel une intelligence artificielle doit tenter de faire croire à un humain qu’elle n’est pas une machine. L’enjeu est de pousser les développeurs à s’intéresser à une nouvelle dimension des intelligences artificielles, l’intelligence créative. Le concours récompensera le créateur de l’IA dont la création aura été jugée à la majorité comme provenant d’un humain avec la somme de 5 000 $, environ 4 500 €. Un prix de 3 000 $, 2 700 €, sera accordé à l’équipe ayant présenté le meilleur programme.

Le concours de musique se déroulera durant une soirée dance, au cours de laquelle 6 finalistes affronteront des DJ humains, en choisissant leur playlist parmi une liste de 1000 morceaux fourni juste avant la compétition. Le vainqueur remportera 3 000 $. Pour Dan Rockmore, l’idée est de créer un scénario similaire au Magicien d’Oz, c’est-à-dire se retrouver devant un rideau sans savoir si quelqu’un se trouve derrière et de recevoir une oeuvre. En la notant ainsi de façon aveugle, nous serons vraiment capables de savoir si une IA peut ou non produire une oeuvre artistique.


Laisser un commentaire