La technologie de voiture autonome chinoise s’exhibe au Salon de Pékin

Modèle LeESE de voiture électrique autonome LeEco

Elon Musk n’a qu’à bien se tenir. La Tesla Model S a désormais un sérieux concurrent… made in China. Alors que le modèle de voiture autonome de Faraday Future, une start-up partie sur les chapeaux de roues après sa présentation au CES de Las Vegas, se fait toujours attendre, LeEco, qui est accessoirement son principal soutien financier, vient de dévoiler son propre modèle de voiture électrique partiellement autonome.

La Chine, futur de l’automobile ?

Pour sa quatorzième édition, le salon Auto China, disposant de plus de 200 000 m² d’espace, se tient du 25 avril au 4 mai, et accueille plus de 1170 voitures, dont 122 fonctionnant avec de nouvelles énergies.

Malgré une croissance moins forte que les années précédentes (7% en 2015 contre 14% les années précédentes), liée à un ralentissement économique et à la maturation du marché automobile chinois, la Chine reste le premier demandeur au monde, avec plus de 20 millions d’immatriculations en 2015, contre 17 millions aux Etats-Unis. Mais cette différence est à prendre avec des pincettes. Aux Etats-Unis le marché est déjà saturé avec plus de 800 véhicules pour 1000 habitants, contre moins de 100 en Chine… Si la Chine a immatriculé plus de 20 millions d’habitants, ce n’est que dérisoire face à la taille de sa population.

Les constructeurs européens et américains conservent un coup d’avance en terme de savoir-faire et de technologie, mais de nombreux constructeurs chinois se lancent dans la course, à commencer par LeEco, le géant de l’internet Baidu (moteur de recherche) ou Changan, qui a mené en prévision du Salon de Pékin des tests de véhicules autonomes entre ChongQing et la capitale, soit plus de 2000 km. Quant au moteur de recherche Baidu, il a testé sa BMW modifiée sur une distance de 30 km à travers les rues pékinoises.

LeEco dévoile la LeSEE

C’est à l’occasion du Salon de l’Automobile de Pékin que Jia Yueting, le patron de LeEco a dévoilé son dernier modèle d’automobile, la LeSEE, en même temps que de nouveaux modèles de smartphone, de téléviseur et de casque de réalité virtuelle. Rien que ça !

LeEco (Leshi Internet Information & Technology), c’est l’un des plus gros conglomérats chinois. Fondé en 2004 sous la forme d’un service de vidéo en ligne, il détient désormais des parts dans tous les domaines : musique, sports, internet, télécoms, téléphonie… Il a récemment investi dans l’automobile en signant un partenariat avec la start-up californienne Faraday Future, qui s’est faite remarquée pour avoir acquis plus de 3,5 km² de terrain dans le désert du Nevada pour construire une usine nouvelle génération. Elle aurait également mis la main sur des cadres de Tesla, BMW ou de Space X et déposé plus de 100 brevets.

De la simple poudre aux yeux ? Difficile à dire, mais dans tous les cas, on attend toujours les premières images de son prototype de voiture électrique. Et elle vient surtout de se faire doubler par son partenaire, LeEco. Le modèle de voiture électrique LeSEE peut se garer tout seul, et venir jusqu’à son propriétaire d’une simple action sur son smartphone. D’après l’agence XinHua, la LeSEE pourrait même deviner le sexe de son conducteur. Allez savoir comment. Au co-fondateur de LeEco d’enfoncer le clou, le véhicule pourrait même se déplacer et apprendre de nouvelles fonctions de façon autonome grâce à des systèmes de reconnaissance faciale, émotionnelle et situationnelle.

Une (re)naissance pour l’automobile chinois, prétend Hank Liu, un autre co-fondateur de LeEco: « Nous définissons nos véhicules d’une toute autre manière, au lieu de copier Apple et Tesla. Nos produits ne sont pas des améliorations de ce qui existe déjà, ils sont révolutionnaires« .

la voiture électrique autonome LeESE de LeEco en Chine (2)

la voiture électrique autonome LeESE de LeEco en Chine (3)

la voiture électrique autonome LeESE de LeEco en Chine (4)

la voiture électrique autonome LeESE de LeEco en Chine (5)

La LeSEE sera probablement produite dans l’usine en construction de Faraday Future dans le Nevada.


Laisser un commentaire