L’agence de pub’ McCann recrute son premier robot Directeur de la Création

On pensait le domaine de la création et de l’Art inattaquable. Que nenni ! L’agence de communication nippo-américaine McCANN a fait d’une intelligence artificielle le premier directeur artistique robotique de l’histoire.

AI-CD β (Artificial Intelligence -Creative Director Beta) est le premier né du laboratoire de recherche de l’agence de publicité, le Millenials TaskForce, en référence aux jeunes de la génération Y, surnommés les millenials dans le langage courant américain. Issue du projet « Creative Genome », cette intelligence artificielle renforcera les rangs de la création aux côtés de onze autres diplômés dès le 1er avril.

Et si la recette publicitaire miracle existait ?

Pour réaliser cette prouesse, les développeurs de AI-CD β ont décortiqué, analysé et hiérarchisé un large panel de publicités de télévision, y compris les lauréats du concours de publicités All Japan Radio & Television Commercial Confederation’s annual CM Festival des dix dernières années. Grâce à ce travail de data mining de longue haleine, l’IA est désormais capable de sonder l’énorme banque de données du Festival de publicités et d’identifier les tendances et les méthodes de transmission des messages à caractère commercial. Ainsi, pour un produit donné et un public visé, l’IA peut optimiser le mode de transmission du message publicitaire en insistant sur telle ou telle caractéristique du produit présenté. Il pourrait donc bien trouver la recette miracle !

Jusqu’à présent les choix de création dépendaient exclusivement du savoir-faire et de l’inventivité de l’esprit humain. Désormais, les clients recevront la publicité rêvée, adaptée à leurs besoins. « On fait déjà appel à l’intelligence artificielle pour un certain nombre de divertissements, comme la musique, le cinéma ou la télévision » a indiqué le CEO de McCANN Japon. A la manière d’un Netflix qui produit ses séries sur la base des goûts de ses spectateurs, compilés grâce à un puissant algorithme, Mr Katagi se dit très enthousiaste sur « le potentiel d’AI-CD en matière de création« .

Shun Matsuzaka, le directeur du programme Millenials ne cache pas non plus son optimisme. Son espoir, c’est de voir son IA « travailler sur de nombreux projets, gagner de l’expérience et devenir un directeur de la création de renommée internationale et qui laissera sa marque sur l’industrie de la publicité« . Car l’IA de McCANN a non seulement digéré des milliers de données, mais elle continuera de se nourrir au fil de ses activités, pour proposer des modèles de publicités toujours plus optimisés. La publicité, c’est aussi faire appel à des émotions. Certes, mais le data mining permet justement à cette intelligence purement logique d’appréhender l’émotion, sans pour autant la comprendre. En observant que telle publicité qui provoque tel sentiment, a remporté le fameux concours de publicités, l’IA en déduit que susciter ce sentiment chez le spectateur peut être productif. Ainsi, le Big Data semble être en mesure de contourner les barrières de l’émotion humaine.

Les algorithmes gouvernent de plus en plus nos choix de consommation. Amazon, Google ou Facebook sortent évidemment du lot, mais la majorité des entreprises du web puisent leur force dans les données personnelles de leurs utilisateurs. Nos choix de lecture sont ainsi aiguillés par l’algorithme d’Amazon, nos programmes télévisuels par celui de Netflix et toutes les publicités que nous voyons sont ciblées par des programmes informatiques. Alors pourquoi ne pas donner les clefs de l’élaboration de ces publicités à un programme informatique ? C’est à peu de chose près le raisonnement de l’agence de publicité de McCANN Japan qui table sur des publicités d’un nouveau genre. Elles pourront être extrêmement ciblées pour atteindre un public spécifique (au hasard, un public amateur de robotique) ou au contraire viser le plus large possible, pour atteindre la majorité des consommateurs.

Dans tous les cas, les capacités d’apprentissage automatique des machines ne remplaceront par l’Homme de si tôt, AI-CD β n’est qu’en phase d’expérimentation et se contentera de donner des indications à ses collègues humains, qui se chargeront eux-mêmes de la production de la publicité.


Laisser un commentaire